Accueil du siteDossiers thématiques > Plans de massifs forestiers

- Plans de massifs forestiers
-

<
logo CG17 logoCG79

- Qu’est-ce qu’un plan de développement de massif forestier ?

Le plan de développement de massif (PDM) est une action de développement local au service de la forêt et des petits propriétaires. Son but est de dynamiser la filière forêt, secteur fortement touché par le morcellement. En effet, succession après succession la taille des propriétés diminue et de nombreux propriétaires rencontrent aujourd’hui des difficultés pour gérer leurs bois. Les animations PDM ont une durée de trois ans. Elles visent à :

  • Renforcer la récolte et améliorer les peuplements en informant les propriétaires de l’état de leurs parcelles, en les accompagnant pour réaliser leurs travaux, en regroupant les chantiers pour réduire les frais d’exploitation ou le coût des travaux, ... ;
  • Former et informer les propriétaires forestiers en organisant des réunions thématiques ou en leur adressant des notes techniques sur la gestion des bois ;
  • Améliorer la structure du foncier en recensant et mettant en relation les propriétaires prêts à vendre, échanger ou acheter des parcelles forestières pour reformer des propriétés moins morcelées.

Depuis 2006 la région Poitou-Charentes apporte son soutien financier au CRPF et aux coopératives forestières locales pour la réalisation chaque année de cinq nouveaux PDM. Les conseils généraux des Deux-Sèvres et de la Charente Maritime soutiennent également ce type d’action sur d’autres secteurs. Actuellement ils en financent respectivement six et cinq.

Pendant l’animation, des techniciens sont présents sur le terrain pour répondre aux sollicitations des propriétaires. Ensuite, le dynamisme local prendra le relais des animateurs mais le CRPF et les coopératives et les autres partenaires resteront toujours disponibles pour conseiller et accompagner les propriétaires forestiers dans leurs démarches.

Toutes les animations PDM mises en place actuellement sur le Poitou-Charentes reçoivent un soutien financier du Fonds Européen Agricole Développement de l’Espace Rural (FEADER mesure 311).

- Localisation des plans de massifs en cours

Département de la Vienne :

Financement Conseil Régional et FEADER

  • Secteur de Journet
  • Secteur de Lathus

Département de la Charente :

Financement Conseil Régional et FEADER

  • Secteur de Champagne Mouton
  • Secteur de Lamérac - Reignac
  • Secteur de Juignac - Lussac
  • Secteur de Champdeniers St-Denis

Département de la Charente Maritime :

Financement Conseil Régional et FEADER

  • Secteur de Montlieu La Garde

Financement Conseil Général 17 et FEADER
Cartes d’identités :

  • Secteur de Port d’Envaux - Ecuras - Plassais
  • Secteur de Pays Buriaud : Burie, St-Bris des Bois, St-Césaire
  • Secteur de Pays Santon : La Chapelle des Pots, Le Douhet, Fontcouverte, Vénérand
  • Secteur de Saintonge Viticole : Gémozac, Virollet, Villars en Pons, Tesson

Département des Deux-Sèvres :

Financement Conseil Régional et FEADER

  • Secteur de Champdeniers St-Denis
  • Secteur d’Allonne

Financement Conseil Général 79 et FEADER

  • Secteur de Montalembert ; Sauzé-Vaussais
  • Secteur de Caunay
  • Secteur de Celles sur Belle ; Melle
  • Secteur de Thenezay
  • Secteur de Moncoutant
  • Secteur de Vasles

- Journaux des plans de massifs

Journal n° 1 voir numéro
Journal n° 2 voir numéro
Journal n° 3 voir numéro

- Présentation des plans de massifs en cours

PDM de Sauzé-Vaussais ; Montalembert
photo Montalembert
Ce massif, situé sur les communes de Montalembert, Limalonges et Sauzé-Vaussais s’étend sur une surface de 1058 hectares. A cheval sur deux régions forestières naturelles, il présente deux types de peuplements très contrastés. Les taillis de châtaignier couvrent la zone des terres rouges sur la partie Sud tandis que les taillis de chênes pubescents sont majoritaires sur la partie Nord.
Sur le long terme, l’enjeu sylvicole principal serait de convertir les taillis de châtaignier, moyennement vigoureux, en futaie de chêne, par plantation.
Télécharger la carte d’identité du massif de Montalembert

PDM de Caunay
photo caunay
Ce massif, situé sur les communes de Caunay, Clussais la Pommeraie et Pers s’étend sur une surface de 550 hectares. Majoritairement implanté sur le secteur des terres rouges à châtaignier, on y recense beaucoup de zones fraîches ainsi qu’une partie calcaire.
Une portion conséquente de ce massif présente une réelle potentialité à produire du chêne de bonne qualité. Un travail de sensibilisation est à mener pour encourager les propriétaires à pratiquer des éclaircies ou des coupes de régénération. L’exploitation des taillis est par endroit quasi inenvisageable du fait des trous occasionnés par l’extraction de meulières.
Télécharger la carte d’identité du massif de Caunay

PDM de Celles sur Belle
photo celles sur belle
Ce massif, situé sur les communes de Beaussais, Celles sur Belle, Melle, St Léger de la Martinière, St Martin les Melle et Vitré s’étend sur une surface de 770 hectares. Implanté au cœur des terres rouges à châtaignier, on y trouve un large panel de stations forestières limoneuses qui vont des sols caillouteux drainant aux parcelles humides à hydromorphie assez proche de la surface.
Cette zone a une réelle vocation feuillue et présente une potentialité forte pour l’introduction du merisier et des noyers.
Télécharger la carte d’identité du massif de Celles sur Belle

PDM de Moncoutant

Ce massif, situé sur les communes de Chanteloup, Clessé, l’Absie, La Chapelle St-Etienne, La Chapelle St-Laurent, Largeasse, Le Breuil-Bernard, Moncoutant, Moutiers sous Chantemerle, Pugny, St-Paul en Gâtine et Trayes s’étend sur une surface de 1589 hectares. Ces surfaces boisées se situent sur des terrains primaires schisteux ou granitiques constituant l’extrémité sud du massif armoricain. Il s’agit de sols acides sablo-limoneux à sablo-argileux, parfois très hydromorphes. La pluviométrie y est souvent abondante (+1000mm/an), mais assez mal répartie. Les taillis de châtaigniers, majoritaires sur le massif, sont rarement de bonne qualité. Quand l’humidité n’est pas trop proche de la surface, les peuplements de chênes, notamment sessiles, possèdent un beau potentiel. L’enjeu principal consistera donc à favoriser le développement des éclaircies dans les taillis de chênes et à exploiter les taillis de châtaigniers vieillissants, soit pour repartir en régénération naturelle, soit pour les transformer en futaie résineuse, avec notamment le Douglas. Sur des pentes exposées plutôt au Nord, cette essence donne de très bons résultats.
Télécharger la carte d’identité du massif de Moncoutant

PDM de Thénezay

Ce massif, situé sur les communes de Aubigny, La Ferrière en Parthenay, Lhoumois, Oroux, La Peyratte, Pressigny, Saurais et Thénezay s’étend sur une surface de 2300 ha. Le massif comporte trois grandes régions forestières qui sont la Gâtine à l’Ouest, la région des Brandes qui est présente sur la partie centrale du PDM et enfin la région des Plaines de Thouars et de Moncontour au Nord-est. Cela donne des contrastes très importants au niveau des potentialités forestières. La région des Brandes composée de terrains limoneux et en général la plus intéressante pour la production de feuillus de qualité. On peut toutefois trouver de belles chênaies dans la partie Gâtine du massif. Par contre, la partie Nord-est, situé sur des sols calcaires plus ou moins superficiels, donne des peuplements en général peu productifs. L’axe du développement forestier sera ici dirigé vers les zones à bonne potentialité où des opérations d’amélioration dans les chênaies sont viables ; le Pin maritime, le Pin laricio et le Cèdre de l’atlas peuvent également être de bonnes alternatives lorsque les sols ne conviennent pas aux feuillus.
Télécharger la carte d’identité du massif de Thénezay

PDM de Vasles

Ce massif, qui se situe sur les communes de Coutières, Les Forges, Ménigoute et Vasles occupent une surface de 1155 ha. Il est essentiellement réparti sur deux types de formations pédologiques que sont la Gâtine et les Brandes. Les sols des Brandes ont une texture limoneuse reposant sur des argiles. Les sols de Gâtine sont à texture limono-argileuse, reposant sur des argiles compacts qui sont la cause d’une hydromorphie temporaire. Ce sont des sols de profondeur très variable et dont le pH est situé entre 4 et 5. Sur l’ensemble du massif, les peuplements feuillus ultra-majoritaires, notamment à base de chêne (pédonculés et sessiles) ont des qualités très hétérogènes. Les zones à fortes potentialités alternent avec des secteurs plus pauvres. Les taillis très âgés et/ou de mauvaise qualité devront être renouvelés naturellement (rejets du taillis après coupe) en évitant les coupes sur de trop petites surfaces pour limiter les dégâts de gibiers ou artificiellement par reboisement avec une ou plusieurs essences adaptées. Les taillis ou mélanges taillis et futaie de qualité correcte pourront être améliorés par la réalisation d’éclaircies.
Télécharger la carte d’identité du massif de Vasles

- Les plans de massifs terminés

    • Massif du Pays Civraisien (86)