- 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC -

Olivier BILLEAU
Olivier BILLEAU
Olivier Billeau est coordinateur interrégional PEFC pour le Grand Ouest.
PEFC Ouest - 36 avenue de la Bouvardière - 44800 SAINT HERBLAIN
Tél. : 02.40.40.26.38 - Courriel : ouest@pefc-france.org

Bois et Forêts : Pourquoi avoir mis en place le système de certification PEFC ?

Olivier Billeau : Le début des années 2000 a vu la montée de fortes pressions commerciales et écologiques anglo-saxonnes. Pour défendre et valoriser leurs bois, les propriétaires forestiers français ont mis en place la certification PEFC, adaptée à une forêt essentiellement privée et de petite taille.

Logo PEFC

PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) s’appuie sur une marque visible du consommateur qui lui garantit que le bois acheté provient de forêts gérées durablement.

Aujourd’hui, les acheteurs privilégient les lots PEFC, voire l’exigent, comme souvent avec le peuplier.

B. & F. : Quels sont les engagements liés au référentiel PEFC ?

O. B. : PEFC est une démarche collective de filière. L’ensemble des parties intéressées par la forêt (propriétaires forestiers, CRPF, ONF, coopératives, exploitants forestiers, industriels, chasseurs, associations naturalistes...) définissent les points d’exigence que devront respecter les propriétaires.

Ceux-ci s’engagent alors sur des règles de bon sens de pratiques forestières sur une période de 5 ans renouvelable. Les différents points abordent la formation du propriétaire, la planification et la conduite de la gestion, la préservation des sols, de la biodiversité, de l’eau ainsi que les éléments qui permettent de s’assurer de la qualité des travaux forestiers.

Le propriétaire accepte également de recevoir le personnel de PEFC et un certificateur indépendant pour une visite de contrôle. Demandée au propriétaire, une cotisation quinquennale de 20 € + 0,65 €/ha, permet d’assurer le fonctionnement du système et de l’association qui le porte.

B. & F. : Comment se développe PEFC en Poitou-Charentes ?

O. B. : Aujourd’hui, plus de 3 300 propriétaires et près de 90 000 ha de forêts sont certifiés PEFC en Poitou-Charentes, soit 22 % de la surface forestière.

75 % des acheteurs régionaux de bois sont certifiés PEFC. Cela signifie que cette certification est devenue incontournable sur les marchés bois. Ce constat provoquera à court terme une augmentation des surfaces forestières certifiées. Par ailleurs, pour répondre à la demande de la société, il est à prévoir que les propriétaires forestiers auront à prouver régulièrement qu’ils pratiquent une gestion durable. La certification PEFC le permet.

Enfin, à travers la marque PEFC, c’est l’ensemble des acteurs forestiers et en premier lieu les propriétaires qui affirment aux consommateurs leur responsabilité et leur attachement à la forêt.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
CRPF
Année 2015 90 L’Interview
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC