- Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger -

Le "tire-tique" s’utilise en le glissant sous la tique et en tournant sans tirer jusqu’à ce que l’acarien se détache.
Le "tire-tique" s’utilise en le glissant sous la tique et en tournant sans tirer jusqu’à ce que l’acarien se détache.
L’arrache tique ne s’utilise pas comme un pied de biche

La maladie de Lyme, transmise par les piqûres de tiques, contamine aujourd’hui entre 5000 et 10000 personnes par an en France, d’après l’Institut de Veille Sanitaire. La forêt est le principal lieu de transmission de la maladie. Celle-ci aurait été probablement favorisée par l’augmentation des populations de chevreuils, cerfs et sangliers, porteurs de tiques mais insensibles à l’infection. Hormis les zones montagneuses et le pourtour méditerranéen, toutes les régions de France sont touchées et tous les forestiers sont exposés à ce fléau reconnu maintenant comme maladie professionnelle. Les trois quarts des contaminations interviennent de mai à octobre lors d’une morsure de tique du genre Ixodes ricinum pour le continent européen. Une bactérie de la famille des Borrelia (proche de la bactérie responsable de la syphilis) est injectée par la salive de la tique, qui se gorge du sang de l’hôte infesté.

Au début de l’infection, une tache ronde et rouge apparaît en s’élargissant autour du point de morsure durant les jours et semaines suivant celle-ci. Une fatigue grippale peut accompagner ce symptôme. C’est au cours de cette phase qu’il est le plus facile de traiter la maladie. Une semaine de traitement antibiotique du type Amoxicilline suffit à éliminer la bactérie. Sans traitement, cet érythème non douloureux disparaît au bout de quelques semaines jusqu’au stade secondaire de la maladie pouvant apparaître jusqu’à un an plus tard. Les symptômes peuvent alors être divers : arthrite, paralysie faciale, méningite, problèmes cardiaques… Les médecins consultés ne diagnostiquent pas toujours la maladie, car ses manifestations sont très variées. Des analyses sanguines peuvent confirmer la présence de la bactérie et dans ce cas un traitement antibiotique, toujours long, peut être prescrit.

Par ingestion de sang, la tique peut augmenter son volume de 200 à 600 fois.
Par ingestion de sang, la tique peut augmenter son volume de 200 à 600 fois.

Au stade tertiaire, les problèmes neurologiques et articulaires deviennent chroniques et la maladie est alors très difficile à enrayer.

Il n’existe pas aujourd’hui de vaccin efficace contre les attaques des bactéries Borrelia du continent européen. Il faut donc être très attentif et surveiller toute morsure de tique après chaque séjour en forêt. L’acarien doit être arraché avec une pince à épiler, ou mieux une pince spéciale vendue en pharmacie en l’attrapant le plus près possible de la peau. Il ne faut jamais brûler la tique ou l’asperger d’éther car elle régurgiterait toutes ses bactéries dans l’organisme de sa victime. Le point de piqûre doit être désinfecté à l’alcool et doit être surveillé plusieurs jours. En cas de doute, ne pas hésiter à consulter un médecin pour un éventuel traitement.

Mais la meilleure attitude reste la prévention avant de partir en forêt : porter des vêtements couvrants et un chapeau, que l’on peut pulvériser avec un répulsif aérosol vendu en pharmacie.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc Demené
CRPF
3ème trimestre 2007 59 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. Le marquage des éléments de biodiversité en forêt facilite leur conservation
  52. 2011, Année internationale des forêts.