- Différences entre sessile et pédonculé -

La France est le pays des chênes par excellence. Les forêts européennes, hors Russie et Turquie, occupent 31 % des terres, soit 180 millions d’hectares. Les chênaies (toutes espèces de chênes confondues) y sont abondantes, principalement dans les forêts tempérées et méditerranéennes. Elles couvrent approximativement 21 millions d’hectares, soit 11 % des formations forestières . Parmi les chênes européens, le pédonculé et le sessile sont les principales essences à vocation économique. La France, avec 4,5 millions d’hectares, possède 30 à 40 % de la superficie couverte par ces deux essences en Europe. Elle est ainsi le premier pays producteur de chênes en Europe et deuxième dans le monde, après les États-Unis. La France est donc par excellence, le pays des chênes. (Extrait du chêne autrement. 2010 Edition IDF )

Chênes sessile et pédonculé : si semblables en apparence et pourtant si différents.

Les chênes sessile et pédonculé sont très présents dans les forêts françaises (plus de 4 millions d’hectare.) et souvent mélangés Ils n’ont pas la même écologie. Il est indispensable d’apprendre à les distinguer.

Le chêne sessile

Port en éventail, glands agglomérés et feuille à long pétiole caractérisent le chêne sessile

silhouette caractéristique du chêne sessile

absence de pédoncule pour le gland du chêne sessile

Le chêne pédonculé

Port irrégulier, gland porté par un long pédoncule, feuille à pétiole très court caractérisent le chêne pédonculé.

silhouette caractéristique du chêne pédonculé

un long pédoncule porte le gland du chêne pédonculé

Comparaison de l’autoécologie des chênes sessiles et pédonculés

Autoécologie des grands chênes

Pour en savoir plus

Voir fiche : les grands chênes