- Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre -

Sans le phénomène naturel appelé « effet de serre » qui nous permet de vivre à une température moyenne de 15°C, nous devrions nous contenter de survivre à -18°C. La surface de la terre est réchauffée en permanence par les rayons du soleil. Cet échauffement se manifeste par un renvoi de rayons infrarouges vers l’espace. Une partie importante de ce rayonnement est piégée par notre atmosphère, qui se comporte comme la vitre d’une serre.

Notre atmosphère se comporte comme les vitres d’une serre et piège la chaleur.
Notre atmosphère se comporte comme les vitres d’une serre et piège la chaleur.

L’importance du « piégeage » de cette chaleur dépend de la température, de la pression et surtout de la composition de l’atmosphère. Les gaz tels que la vapeur d’eau ou le méthane sont des gaz à effet de serre très puissant. Le gaz carbonique (dioxyde de carbone) est un gaz à effet de serre modéré mais les activités humaines en rejettent de telles quantités dans l’atmosphère depuis un demi-siècle que son impact vient perturber les climats : sa concentration dans l’air que nous respirons a augmenté de 20 % depuis 1950. Après de nombreux débats au sein de la communauté scientifique mondiale à la fin du XXème siècle, l’impact de ces émissions de gaz sur le réchauffement climatique global, constaté par les météorologues n’est plus contesté, même si l’on n’en connaît pas l’ampleur exacte.

L’essentiel de nos rejets provient de la combustion du carbone dit « fossile ». Stocké sous forme de charbon, de gaz naturel ou de pétrole, on le consomme de plus en plus intensivement depuis le début de l’ère industrielle. Pour éviter le phénomène d’emballement possible du climat et ses conséquences dramatiques, deux voies sont à suivre : diminution de notre consommation de combustibles fossiles et piégeage du gaz carbonique de l’atmosphère. Les forêts peuvent à leur échelle contribuer au développement de la deuxième piste.

En effet, les arbres sont des organismes qui capturent du carbone tout au long de leur vie. Dans leurs feuilles, le processus de photosynthèse piège le dioxyde de carbone atmosphérique, en extrait le carbone et rejette l’oxygène dans l’air ambiant. En moyenne, un mètre cube de bois fabriqué correspond à la fixation d’une tonne de gaz carbonique.

Si après récolte, ce bois est utilisé comme combustible, le carbone fixé est libéré dans l’atmosphère pendant la combustion et le bilan est donc neutre, contrairement à celui de l’utilisation d’une énergie fossile. Mais la meilleure utilisation du bois reste le bois d’œuvre, car dans ce cas, le carbone reste fixé pour quelques dizaines d’années dans des constructions, charpentes ou des meubles. De plus, on diminue l’utilisation de matériaux tels que le béton ou le métal qui consomment beaucoup d’énergie lors de leur fabrication.

Cette charpente stockera du CO2 durant de nombreuses décennies.
Cette charpente stockera du CO2 durant de nombreuses décennies.

Pour être un « puits de carbone » efficace et durable, une forêt doit donc être cultivée pour produire du bois d’œuvre. En effet, une forêt non exploitée, dont on laisse les arbres mourir et se décomposer en relibérant du gaz carbonique, stocke moins durablement celui-ci. A cet égard le terme de « pompe à carbone » serait plus adapté que celui de « puits », par trop statique.

Malgré tout, l’Inventaire Forestier National et l’Institut National de la Recherche Agronomique ont chiffré à moins de 20% la part du carbone fixé par nos forêts par rapport à nos émissions nationales annuelles. Le rôle des forêts est donc très favorable, mais il importe d’en relativiser l’importance et de réduire avant tout notre dépendance vis à vis des combustibles fossiles

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc Demené
CRPF
4ème trimestre 2007 60 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. Le marquage des éléments de biodiversité en forêt facilite leur conservation
  52. La forêt a besoin des champignons
  53. 2011, Année internationale des forêts.