- Faire son bois de chauffage, une activité dangereuse -

De la simple frayeur à l’accident mortel, couper du bois de feu n’est pas sans risques. Beaucoup de problèmes peuvent être évités moyennant le respect de règles de sécurité.

Tout d’abord, la connaissance des bases du bûcheronnage est indispensable : préparation du chantier, techniques d’abattage directionnel, désencrouage, ébranchage... La maîtrise de ces gestes permet entre autres de diminuer la fatigue et donc les risques d’accidents. Cette technicité peut s’acquérir auprès de bûcherons expérimentés ou lors de formations dispensées par les organismes forestiers ou agricoles tels que la Mutualité Sociale Agricole. En tout état de cause, il ne faut jamais travailler seul en forêt. La sécurité s’en trouvera renforcée, même s’il faut être particulièrement organisé lorsqu’on travaille à plusieurs sur une coupe. Ainsi, il convient de respecter les distances entre chaque personne.

Ensuite, le bûcheron, même occasionnel, doit être équipé d’un casque intégrant une visière et des protections anti-bruit. Il doit porter des gants, un pantalon anti-coupures et des chaussures ou bottes de sécurité. Attention, le casque sera renouvelé régulièrement et le pantalon dès qu’il est endommagé. Il est impératif de disposer d’un matériel adapté au travail à réaliser et en bon état. La tronçonneuse doit être pourvue d’éléments de sécurité comme un frein de chaîne, un système d’atténuation des vibrations, une large protection de la main et un crochet anti-retour en cas de rupture de la chaîne. Sa puissance et la longueur de son guide seront proportionnelles à la grosseur des arbres à abattre. Pour fendre les bûches, les matériels à vrilles sont proscrits en raison de leur dangerosité. Concernant le débardage, il faut adapter le chargement de la remorque à la puissance du tracteur et aux conditions de terrain. Toute surcharge est source d’accident.

Dernier point particulièrement important, le matériel doit être parfaitement entretenu. Par exemple, une chaîne de tronçonneuse, même bien affutée, cassera si elle est trop tendue ou sautera si elle ne l’est pas assez.

Au-delà de ces conseils, il ne faut aller bûcheronner que si l’on se sent en pleine forme. Le travail en forêt requiert en effet calme, concentration et vigilance.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
M MARTIN - A ROUSSET
GDF 17
1er trimestre 2010 69 Technique