- L’élagage du Pin maritime à trois mètres reste nécessaire -

Les cours du Pin maritime n’ont toujours pas retrouvé leur niveau d’avant la tempête de 1999. Le marché est actuellement demandeur de bois de 0,7 à 1 m3 pièce, pour une utilisation dans l’industrie de la palette ou du caissage. Les gros bois souffrent de la diminution du débouché lambris, pourtant emblématique pour le pin des Landes ! Dans ces conditions, certains propriétaires pensent que l’élagage artificiel du pin est inutile car n’apportant à terme aucune plus-value. Nous ignorons cependant quels seront les besoins des transformateurs dans trente ou quarante ans…

L’administration forestière régionale, elle, a fait son choix. Elle a décidé en juillet dernier de ne plus subventionner les élagages de Pin maritime, tout en les conservant pour le Pin laricio et pour le Douglas.

L’investissement non négligeable que constitue l’élagage doit donc être raisonné. Le schéma classique conseille de réaliser une première opération vers l’âge de 7 à 8 ans sur 400 arbres par hectare pour obtenir 3 mètres de tronc net de branches. Cette opération coûte 350 à 400 euros par hectare. Elle permet d’obtenir au moins une bille de pied propre et reste donc conseillée, même en l’absence de subvention. Un deuxième passage est classiquement prévu au moment de la première éclaircie vers l’âge de douze à quinze ans.

L’élagage est monté à 5,50 m de haut sur les 300 plus belles tiges par hectare, pour un coût minimum de 300 euros. Cette deuxième opération peut être économisée afin de limiter les investissements, au détriment bien sûr de la qualité du bois produit. On ménage ainsi le portefeuille du sylviculteur tout en permettant la production d’une certaine proportion de bois sans nœud. Elle est déjà appliquée par des gestionnaires de très grands domaines forestiers aquitains.

L’utilisation de plants de Pin maritime génétiquement améliorés, le maintien d’une densité de plantation suffisante (1600 tiges par hectare), la réalisation d’éclaircies régulières et un élagage sur les seuls trois premiers mètres constituent les bases à respecter pour obtenir du bois de qualité.

Attention ! Les propriétaires qui ont bénéficié d’aides financières avant le 1er juin 2004 pour la reconstitution de parcelles sinistrées se sont engagés à présenter à 14 ans une parcelle comportant 300 pins élagués sur le tiers de leur hauteur.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Michel CLUPEAU
CRPF
1er trimestre 2006 53 Essences
Dans la même rubrique
  1. les sols des vallées de Poitou-Charentes permettent de diversifier les essences
  2. Le noyer : arbre précieux, soins précis
  3. Les peupliers consomment moins d’eau qu’on ne le dit
  4. L’élagage du Pin maritime à trois mètres reste nécessaire
  5. Identifier correctement un peuplier renseigne sur sa généalogie
  6. Les peupleraies sont menacées par le puceron lanigère
  7. Blanc du Poitou, I.45-51 et Dorskamp : du moins performant au plus poussant
  8. De nouveaux peupliers à expérimenter
  9. La valeur du bois de peuplier diminue depuis un quart de siècle
  10. Lente reconstitution de la ressource en peuplier
  11. Le I.45.51 peut doubler le Dorskamp
  12. Eau et peuplier : encore de nombreuses interrogations
  13. Les arbustes forestiers – 1ère partie
  14. Peuplier, biodiversité et paysage : des sujets complexes à approfondir
  15. Une activité économique majeure avec une faible surface en peupleraie
  16. Le Frêne commun : une essence précieuse à développer
  17. Le Cèdre de l’Atlas : un géant des parcs qui a tout d’un forestier
  18. Les onze clones subventionnables pour les peupleraies de la région
  19. Nettoyage des peupleraies sinistrées : de lourds travaux sur des terrains fragiles
  20. Les arbustes forestiers (2ème partie)
  21. Maintenir le mélange peuplier –taillis de frêne est possible sous conditions
  22. Le peuplier, une histoire d’eau
  23. Le temps travaille pour le Blanc du Poitou
  24. Le rôle protecteur des essences d’accompagnement
  25. Travail du sol : tout bénéfice pour I214 et Dorskamp
  26. L’Alcinde en tête dans les sols limoneux
  27. Terrains à nappe profonde : penser aux clones interaméricains
  28. Peuplier - Bois élagué : jusqu’à 3000 F/m3
  29. Expérimentation : Dorskamp en tête dans les sols tourbeux
  30. Robinier : l’offre de bois d’œuvre ne suit pas la demande
  31. Erables : le sycomore en tête pour les usages nobles
  32. Le ’Blanc du Poitou’ est une valeur sûre
  33. Le Douglas perd du terrain
  34. Les chênes à feuilles persistantes sont adaptés à la sécheresse
  35. L’évolution du climat entraînera un déplacement des essences forestières
  36. La plantation est l’unique solution pour renouveler les peupleraies
  37. Le tulipier de Virginie : une essence ornementale au bois de qualité
  38. La régénération du châtaignier par semis pour produire des gros bois
  39. Le chêne pubescent vaut le chêne pédonculé
  40. Le Charme est l’ami du Chêne
  41. Le changement climatique ouvre une porte aux sapins méditerranéens
  42. Menace sanitaire sur le frêne
  43. Le bouleau est un colonisateur utile
  44. Dépérissement des taillis : la place du châtaignier va diminuer
  45. Dégâts de gibier : la menace plane pendant vingt ans
  46. Une pénurie annoncée en bois de Pin maritime
  47. Charpente ou menuiserie en Pin Laricio : l’élagage fera la différence
  48. LE DOUGLAS : malgré ses qualités une place limitée en Poitou-Charentes
  49. Les aulnes aussi peuvent produire du bois d’œuvre
  50. De nouvelles aides pour planter du peuplier
  51. Le Platane : des problèmes sanitaires qui limitent son utilisation forestière
  52. Maladies, sols et climat, responsables des dépérissements du châtaignier en Charente
  53. Le tremble, un peuplier forestier colonisateur
  54. Le charme, compagnon utile du chêne
  55. Des feuillus encore précieux pour la sylviculture, moins par leur prix
  56. Le peuplier n’est pas la seule essence présente dans les vallées
  57. Le Chêne vert progresse avec le changement climatique
  58. Les essences locales sont déjà impactées par le changement climatique