- L’évolution du climat entraînera un déplacement des essences forestières -

Depuis 1950, la température moyenne du globe a augmenté de 1,2°C. Les climatologues annoncent le maintien voire l’accentuation de cette tendance sur les décennies à venir. Cette évolution devrait s’accompagner de dérèglements : précipitations accrues l’hiver, sécheresses estivales marquées, canicules, … Le forestier, qui travaille sur le long terme, doit en tenir compte, tant du point de vue du choix des variétés d’arbres que de la gestion des peuplements.

Ainsi, l’aire naturelle des essences forestières devrait se déplacer globalement vers le nord et/ou en altitude. Certaines essences souffriront énormément et risquent même de disparaître. Le hêtre, actuellement en limite de son aire de répartition naturelle, en est l’exemple type. Le Douglas, arbre de moyenne montagne, verra sa place se réduire fortement. Autre grand perdant, le châtaignier : déjà bien affaibli par les excès climatiques de ces dernières années et les attaques parasitaires (maladie de l’encre et surtout chancre de l’écorce), il ne devrait subsister et donner des produits de qualité que dans ses zones de prédilection, telles que les terres rouges (sols d’argiles de décalcification).

Le hêtre, en limite de son aire naturelle, risque de disparaître de la région.
Le hêtre, en limite de son aire naturelle, risque de disparaître de la région.

D’autres essences ne se maintiendront que si elles sont vraiment en « station ». Ainsi, le chêne pédonculé doit dès à présent être cantonné aux vallons bien alimentés en eau.

Une vigilance toute particulière quant à la profondeur de la nappe d’eau est de mise avant l’implantation de peupliers. Le choix de clones adaptés s’avèrera primordial. Notons qu’en matière de populiculture, la faible durée de production (15 à 18 ans) relativise le problème.

Autre conséquence du réchauffement : la substitution naturelle d’essences par d’autres. Par exemple, le frêne oxyphylle, le chêne pubescent, par leur caractère thermophile seront favorisés au détriment respectivement du frêne commun et des grands chênes de plaine. Quant au robinier faux-acacia, son développement en Poitou-Charentes est déjà bien engagé. Pour toutes ces essences, de nouvelles sylvicultures seront à imaginer.

Au-delà, le forestier peut rechercher ailleurs des essences adaptées au climat de demain. Ainsi le cèdre mériterait d’être développé en plantation, moyennant un choix adapté de provenances. Même si elle pousse lentement au départ, cette essence supplante souvent les pins au bout de quelques années. En outre, son enracinement très puissant est un avantage vis-à-vis du vent. Les pins maritimes et laricio devraient également prendre de l’ampleur dans la région, notamment sur sols filtrants.

Evolution pressentie de l’aire naturelle du Pin maritime entre 2005 et 2100 (source IDF).
Carte Carte2 Les peuplements de pins et chênes verts deviendront-ils majoritaires en Poitou-Charentes ?
Les peuplements de pins et chênes verts deviendront-ils majoritaires en Poitou-Charentes ?

Outre le choix des essences, la sylviculture sera adaptée à ce nouveau contexte, avec comme leitmotiv la diminution des densités d’arbres et l’abaissement de l’âge d’exploitabilité.

Reste une inconnue, la vitesse et l’ampleur du phénomène du réchauffement climatique. Si celui-ci est rapide et intense, les forestiers devront gérer des situations de crise, avec par exemple des dépérissements de forte ampleur. Plus lent et de moindre intensité, il laissera la possibilité au sylviculteur de s’adapter.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bruno JARNY
CRPF
3ème trimestre 2010 71 Essences
Dans la même rubrique
  1. les sols des vallées de Poitou-Charentes permettent de diversifier les essences
  2. Le noyer : arbre précieux, soins précis
  3. Les peupliers consomment moins d’eau qu’on ne le dit
  4. L’élagage du Pin maritime à trois mètres reste nécessaire
  5. Identifier correctement un peuplier renseigne sur sa généalogie
  6. Les peupleraies sont menacées par le puceron lanigère
  7. Blanc du Poitou, I.45-51 et Dorskamp : du moins performant au plus poussant
  8. De nouveaux peupliers à expérimenter
  9. La valeur du bois de peuplier diminue depuis un quart de siècle
  10. Lente reconstitution de la ressource en peuplier
  11. Le I.45.51 peut doubler le Dorskamp
  12. Eau et peuplier : encore de nombreuses interrogations
  13. Les arbustes forestiers – 1ère partie
  14. Peuplier, biodiversité et paysage : des sujets complexes à approfondir
  15. Une activité économique majeure avec une faible surface en peupleraie
  16. Le Frêne commun : une essence précieuse à développer
  17. Le Cèdre de l’Atlas : un géant des parcs qui a tout d’un forestier
  18. Les onze clones subventionnables pour les peupleraies de la région
  19. Nettoyage des peupleraies sinistrées : de lourds travaux sur des terrains fragiles
  20. Les arbustes forestiers (2ème partie)
  21. Maintenir le mélange peuplier –taillis de frêne est possible sous conditions
  22. Le peuplier, une histoire d’eau
  23. Le temps travaille pour le Blanc du Poitou
  24. Le rôle protecteur des essences d’accompagnement
  25. Travail du sol : tout bénéfice pour I214 et Dorskamp
  26. L’Alcinde en tête dans les sols limoneux
  27. Terrains à nappe profonde : penser aux clones interaméricains
  28. Peuplier - Bois élagué : jusqu’à 3000 F/m3
  29. Expérimentation : Dorskamp en tête dans les sols tourbeux
  30. Robinier : l’offre de bois d’œuvre ne suit pas la demande
  31. Erables : le sycomore en tête pour les usages nobles
  32. Le ’Blanc du Poitou’ est une valeur sûre
  33. Le Douglas perd du terrain
  34. Les chênes à feuilles persistantes sont adaptés à la sécheresse
  35. L’évolution du climat entraînera un déplacement des essences forestières
  36. La plantation est l’unique solution pour renouveler les peupleraies
  37. Le tulipier de Virginie : une essence ornementale au bois de qualité
  38. La régénération du châtaignier par semis pour produire des gros bois
  39. Le chêne pubescent vaut le chêne pédonculé
  40. Le Charme est l’ami du Chêne
  41. Le changement climatique ouvre une porte aux sapins méditerranéens
  42. Menace sanitaire sur le frêne
  43. Le bouleau est un colonisateur utile
  44. Dépérissement des taillis : la place du châtaignier va diminuer
  45. Dégâts de gibier : la menace plane pendant vingt ans
  46. Une pénurie annoncée en bois de Pin maritime
  47. Charpente ou menuiserie en Pin Laricio : l’élagage fera la différence
  48. LE DOUGLAS : malgré ses qualités une place limitée en Poitou-Charentes
  49. Les aulnes aussi peuvent produire du bois d’œuvre
  50. De nouvelles aides pour planter du peuplier
  51. Le Platane : des problèmes sanitaires qui limitent son utilisation forestière
  52. Maladies, sols et climat, responsables des dépérissements du châtaignier en Charente
  53. Le tremble, un peuplier forestier colonisateur
  54. Le charme, compagnon utile du chêne
  55. Des feuillus encore précieux pour la sylviculture, moins par leur prix
  56. Le peuplier n’est pas la seule essence présente dans les vallées