- La Trufficulture ne laisse pas de place à l’improvisation -

Bois et Forêts de Poitou-Charentes a voulu faire le point sur la culture de la truffe. Monsieur HIMONNET professeur d’Agronomie et responsable de la plate-forme expérimentale sur la truffe au L.P.A de Jonzac a bien voulu répondre à nos questions.

Bois et Forêts : Dans l’état actuel des connaissances, pourriez-vous préciser à nos lecteurs les exigences de la truffe ?

Monsieur HIMONNET : La truffe ou plutôt les truffes sont des champignons souterrains. Certaines sont très recherchées comme la truffe noire, Tuber melanosporum, (2500 F/kg) ou la truffe blanche, Tuber magnatum, (12000 F/kg) ; d’autres n’ont aucun intérêt. Dans le cas de la truffe noire, celle que nous cherchons à développer, le mycélium du champignon doit s’associer aux radicelles d’un arbre : un chêne de préférence ou un noisetier. Cette mycorhization est essentielle pour assurer son développement. La truffe noire est calcicole. L’idéal est un sol à pH de 8, avec un taux de calcaire actif compris entre 50 et 500 pour 1000 et un rapport C/N voisin de 10. Une texture équilibrée, une bonne activité microbienne et une excellente alimentation en eau sont aussi des éléments favorables. Les sols superficiels ou trop riches en pierres sont à déconseiller en l’absence d’irrigation. De même il faut exclure les défriches forestières. Il existe, dans ces dernières, des mycorhizes endémiques qui détruisent celles de la truffe noire. Les précédents culturaux à base de céréales, sur une longue période, ont donné les meilleurs résultats lors des dernières installations.

Bois et Forêts : Quand un propriétaire foncier souhaite se lancer dans cette production, quels conseils lui apportez-vous ?

Monsieur HIMONNET : Premièrement, il doit s’assurer que le précédent cultural a été céréalier sur une période d’au moins 20 ans. Puis il doit faire réaliser une analyse physico chimique du sol et la soumettre à l’un des deux conseillers spécialisés de la Région. Enfin, on ne peut que lui conseiller d’adhérer au Syndicat Départemental des Trufficulteurs. Cette adhésion, apportera une crédibilité au projet et lui permettra d’obtenir des subventions ainsi que des réductions substantielles sur les coûts des analyses et la fourniture des plants. La mise en place d’une truffière, quant à elle, est identique à une plantation forestière. Le sol sera labouré puis émietté. Si son rapport C/N est trop faible, il faut enrichir la terre par un amendement organique. Les plus utilisés sont à base de fumier, de paille ou d’écorces de pin. Les plants forestiers utilisés doivent être des plants mycorhizés certifiés par le C.T.I.F.L. ou l’I.N.R.A. Ils sont conditionnés en mottes ou en pots anti-chignons. On utilise en général un mélange d’essences 3/4 de chêne vert et (ou) pubescent et 1/4 de noisetier. La création de la truffière doit s’étaler sur 2 ou 3 ans tout en ayant le souci de créer des lignes homogènes : des plants d’une seule essence, du même âge, issus du même pépiniériste. Cette technique permet une meilleure colonisation du terrain par le mycélium. La plantation de 400 arbres à l’hectare à l’écartement de 7 m x 3,5 m est la plus utilisée. L’installation d’une protection gibier devrait être systématique lors de chaque création.

Bois et Forêts : Est-il nécessaire d’entretenir une truffière ?

M. HIMONNET : Les entretiens sont impératifs. Ils doivent être réguliers et au moins annuels. Le passage croisé d’un outil à dents ou d’un disque au mois d’avril est souvent suffisant. Surtout s’il est complété par un traitement chimique à base de glyphosate au pied des arbres. Dès la troisième année, les arbres doivent être taillés en hiver. On doit donner aux houppiers la forme d’un cône renversé. Cette forme assure un ensoleillement maximum au sol. L’installation d’une fétuque ovine traçante est conseillée dans les sols profonds ou irrigués. Elle apportera de la matière organique lors du renouvellement des racines. Elle est aussi un support pour la faune microbienne et régénére la structure du sol. Cette graminée permet en plus de maîtriser le développement de la flore indésirable (les dicotylédones) et de visualiser les "brûlés". Quant à la récolte, elle s’effectue entre le 1er décembre et la fin février. La localisation du champignon s’effectue à "la mouche" ou avec un animal dressé, le plus souvent un chien. Le piochage systématique du sol est à proscrire, car il détruit à brève échéance (2-3 ans) la truffière. Les premières récoltent peuvent intervenir dès l’âge de 5-6 ans.

Bois et Forêts : Existe-t-il des subventions pour aider les planteurs ?

M. HIMONNET : Le prix de revient pour installer une truffière varie de 13 000 F à plus de 42 000 F. Cette différence s’expliquant par les écarts de prix pratiqués par les pépiniéristes (30 à 55 F pour un plant) et par les différences de densité utilisée. Des aides peuvent être obtenues pour les plantations réalisées sur des surfaces supérieures à 15 ares et inférieures à 3 ha et comprenant 300 à 600 plants. Une première aide de 5000 F/ha est versée par l’Etat et la Région au titre du XIème plan. Cette subvention est octroyée à la constitution du dossier (relevé cadastral, plan d’installation, analyse du sol). La seconde du même montant est financée par le FIDAR. Son versement est effectué après réalisation de la plantation et sur fourniture des factures des pépiniéristes. Une aide complémentaire est allouée par le Syndicat départemental des trufficulteurs. Elle consiste en des rabais de 5 % sur les analyses et de 10 % sur la fourniture des plants. De plus, deux techniciens pour le développement de cette culture sont prévus au niveau régional. Ils seront à la disposition des planteurs.

Bois et Forêts : A 2500 F le kilo, le marché de ce champignon se porte bien, mais quel est son avenir ?

M. HIMONNET : La production française est déficitaire puisque nous ne produisons que 35 % de la consommation intérieure. Notre marché est actuellement alimenté par des importations en provenance notamment de l’Espagne, l’Italie et de pays asiatiques. Les truffes de cette dernière provenance, bien que de moindre qualité, sont actuellement présentes sur de nombreux marchés. Leur commercialisation à bas prix (moins de 1000 F/kg) nous pose beaucoup de problèmes.

Monsieur HIMONNET, nous vous remercions pour cet entretien.

La plate-forme expérimentale du LPA de Jonzac

A Jonzac existe un outil de développement inscrit dans un réseau national, financé par la Communauté des Communes de la Haute Saintonge, le Conseil Général de la Charente Maritime, le Conseil Régional de Poitou-Charentes et des fonds européens. Cette plate-forme comprend : - une plantation comparative de trois essences forestières avec deux types de truffes, la truffe noire (Tuber melanosporum) et la truffe branche (Tuber magnatum) et des tests d’irrigation. - un essai de fertilisation des arbres avec un engrais organique "Fructitruffe" ; - une plantation comparative de dix clones (Chêne vert et noisetier) produits et mycorhizés in vitro par l’INRA et le C.T.I.F.L.. * un laboratoire ; * un chien dressé pour la récolte des truffes ; * une action commerciale avec la recherche de nouveaux débouchés ; * une formation annuelle de 8 jours à l’intention des producteurs financée par le FAFEA.

Des techniciens au service du développement de la trufficulture

M. HIMONNET : Ingénieur chargé d’expérimentation au L.P.A. (Le Renaudin - 17500 ST-GERMAIN DE LUSIGNAN)

M. OURZHIK : Conseiller agricole pour les départements de la Vienne et des Deux-Sèvres à la Chambre d’Agriculture de la Vienne (BP 129 - 86004 POITIERS CEDEX - Tél. 49.44.74.74)

M. MENARD : Conseiller agricole pour les départements des deux charentes à la Chambre ou M. FORESTAS d’Agriculture de la Charente (Chaumes de Crage - 16021 ANGOULEME CEDEX - Tél. 45.24.49.49)

Des organismes au service des propriétaires

Fédération Régionale des Syndicats des trufficulteurs M. VAN CAPPEL - Les Loges ( 17100 FONTCOUVERTES)

Syndicat de la Charente Mme SOULAS - Coutillas - 16380 FEUILLADE

Syndicat de la Charente Maritime M. VAN CAPPEL - Les Loges ( 17100 FONTCOUVERTES)

Syndicat des Deux-Sèvres M. des DORIDES - Domaine Marsay 7910 MISSE

Syndicat de la Vienne M. MANREZA - 86330 ST-JEAN DE SAUVES

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Patrick CASTANO
CRPF
4ème trimestre 1995 12 Technique
Dans la même rubrique
  1. Cloisonnement et double marquage
    pour réussir les éclaircies de taillis de chêne

  2. La plantation d’automne est préférable
    pour les plants à racines nues

  3. Les techniques de plantations de haies évoluent
  4. Forestiers et chasseurs sont les partenaires obligés de demain (2)
  5. La sylviculture, c’est doser la lumière au profit de chaque arbre d’avenir
  6. Forestiers et chasseurs sont les partenaires obligés de demain (1)
  7. La provenance des plants est très réglementée
  8. Protections et affûtage : indispensables pour tronçonner en sécurité
  9. Le FOGEFOR, une formation adaptée à tous les propriétaires forestiers
  10. Les coupes traditionnelles ne sont plus adaptées à la gestion des taillis
  11. Et si le dépérissement du châtaignier n’était pas une fatalité …
  12. Les éclaircies valorisent les taillis de châtaigniers
  13. Il est simple de cuber un arbre abattu
  14. Les sylviculteurs doivent savoir différencier les chênes pédonculé et sessile
  15. Plantation dense et conduite énergique sont recommandées pour le Chêne rouge
  16. Face à la demande les constructeurs de maisons à ossature bois s’organisent - (2ème partie)
  17. La construction bois présente de nombreux atouts
  18. L’enrichissement d’un mauvais taillis ne doit pas se faire à l’économie
  19. Le plan de chasse doit devenir un véritable outil de gestion
  20. Poirier commun et Pommier sauvage sont aussi des arbres forestiers
  21. La forêt tire parti de la gestion des lisières
  22. Régénérons nos taillis de châtaignier pour les convertir en futaie
  23. Les peuplements irréguliers nécessitent une gestion soignée
  24. Un groupe de travail pour promouvoir le robinier « faux-acacia »
  25. Le cubage des arbres sur pied n’est qu’une estimation
  26. Maritime, taeda ou laricio : chaque pin a sa place
  27. Quatre siècles n’ont pas changé la méthode de fabrication des feuillards
  28. L’Aulne Glutineux : essence à planter dans les terrains humides
  29. Vendre à temps ses bois et mieux se structurer sont deux des leçons à retenir de la tempête
  30. Bien analyser les risques sanitaires avant reconstitution
  31. Le platane, une alternative au peuplier en station alluviale séchante
  32. Le dernier des feuillardiers
  33. L’amélioration du foncier, l’exemple des Deux-Sèvres
  34. La typologie apporte de la rigueur à la description des peuplements
  35. La gestion des ripisylves conditionne la vie aquatique
  36. Bien décrire ses bois pour bien choisir leur gestion
  37. Le pieu à moules doit rester en chêne
  38. Menaces sur l’avenir du taillis simple
  39. Des règles simples pour conduire et renouveler les futaies régulières
  40. Les caractéristiques défavorables du sol limitent les choix du reboiseur
  41. LA TEMPETE PROFITE AUX GRANDS ANIMAUX
  42. Rajeunir le châtaignier pour limiter ses maladies
  43. Contre l’Hylobe, mieux vaut prévenir que guérir
  44. Courte et rentable, la sylviculture de l’acacia ne manque pas de piquants
  45. De la charpente au tranchage, trois sylvicultures pour le Pin laricio
  46. Les plants à racines nues : démodés mais toujours fiables
  47. Le Pin laricio de Corse : un montagnard qui s’enracine dans nos plaines
  48. Deux chênes de pays, un même objectif mais deux sylvicultures
  49. Bois d’alisier et cormier : la région peut mieux faire
  50. Planter des aulnes pour stabiliser les berges
  51. Des plants de qualité en quantité pour les boisements de chêne
  52. Les bûcherons au secours des machines d’abattage dans les chablis résineux
  53. Le mélange taillis-futaie permet une récolte de bois d’oeuvre à chaque génération de propriétaire
  54. Les Grandes chênaies peuvent être régénérées sans plantation
  55. Les scieries mobiles peuvent participer au service des bois abattus
  56. L’exploitation des bois sinistrés : une tâche énorme, dangereuse et coûteuse
  57. Le quart de la forêt régionale abattu en 4 heures
  58. Sauvetage des bois : les résineux les plus menacés
  59. Le Dessouchage : un investissement lourd, rarement rentable
  60. Les layons, passages obligés des éclaircies de taillis
  61. Boisement de terres agricoles - Le Pin maritime doit être exploité avant 30 ans
  62. PROSILVA une sylviculture invisible
  63. Le Merisier veut de l’ambiance
  64. Tout sur la plantation des noyers
  65. Le Pin taeda appelé à côtoyer le Pin maritime
  66. Pin maritime, laricio et taeda : une sylviculture proche pour des résultats différents
  67. Dépolluer puis se chauffer grâce aux taillis à très courte rotation
  68. Tous les sols ne sont pas au goût de la truffe
  69. Le peuplier nécessite une plantation soignée à un mètre de profondeur minimum
  70. Taillis : un inventaire par échantillonnage
  71. La Trufficulture ne laisse pas de place à l’improvisation
  72. LA TRONÇONNEUSE, UN OUTIL DANGEREUX A CHOISIR AVEC SOIN
  73. Noyers : le semis s’enracine
  74. Les retombées techniques positives de l’ouragan Martin
  75. Cheval et cheval vapeur se complètent pour le débardage du bois
  76. Entretien des boisements : attention aux outils lourds
  77. Produire plus rapidement diminue les risques
  78. Trois sites internet de cartographie très utiles aux propriétaires
  79. Les sondages de sol sont indispensables pour choisir la bonne essence
  80. La régénération naturelle des futaies nécessite un diagnostic préalable
  81. Les Plans Simples de Gestion vont concerner 360 nouvelles propriétés en Poitou-Charentes
  82. La taille et l’élagage du peuplier doivent être adaptés à chaque cultivar
  83. Le tassement du sol altère ses qualités
  84. L’éclaircie des noyers à bois : un sacrifice indispensable
  85. Les techniques de réhabilitation d’une ripisylve
  86. L’exploitation mécanisée des taillis se généralise
  87. La protection des plantations contre les cervidés coûte cher
  88. Une démarche logique pour élaborer son plan simple de gestion
  89. Carte IGN, plan cadastral et photo-aérienne réunis sur un même site internet
  90. La mécanisation diminue les coûts des éclaircies des jeunes taillis de châtaignier
  91. Travail du sol : des alternatives à la charrue à socs
  92. Un an de réflexion avant de boiser
  93. Taillis de chêne : la coupe rase n’est pas toujours la solution
  94. Plantations d’enrichissement : un minimum de plants mais un maximum de soins
  95. La délicate gestion des peuplements irréguliers
  96. La replantation des peupliers doit être planifiée dès la vente des bois
  97. Des matériels de taille et d’élagage à la portée du sylviculteur
  98. Pas de plantation performante sans plants de qualité
  99. Pistes, routes et places de dépôt sont indispensables pour la sortie des bois
  100. Les éclaircies de taillis de Chêne sont souvent préférables à la coupe rase