- Le pieu à moules doit rester en chêne -

Au nord de La Rochelle, à l’embouchure de la Sèvre Niortaise, la baie de l’Aiguillon est le plus vieux centre mytilicole de France. La légende raconte qu’un Irlandais échoué dans la baie il y a trois siècles avait remarqué que les moules se fixaient en grande quantité sur les bois de son épave. L’idée de planter des pieux en mer pour collecter les moules naquit de cette mésaventure. Les anfractuosités de l’écorce permettent au naissain de se fixer en avril-mai. Ce fut le début de la mytiliculture moderne.

Depuis, d’autres centres de culture se sont développés en Normandie et Nord Bretagne. En baie de l’Aiguillon les concessions accordées par les services des Affaires Maritimes représentent actuellement 400 kilomètres d’alignements de pieux : les bouchots. Cela représente 400 000 supports à moules, les autorités n’admettant au maximum qu’un pieu au mètre. 15 % d’entre eux sont à renouveler chaque année, soit 60 000 pieux correspondant à un volume d’environ 6 000 stères de bois.

Le pieu traditionnel est en chêne, avec une préférence pour le chêne pubescent, à cause de son écorce très crevassée. Mais il est rarement apte à fournir des pieux droits de plus de quatre mètres. C’est pourquoi, les chênes rouvre et pédonculé sont de plus en plus utilisés. En effet, les longueurs demandées augmentent à cause de l’envasement de la baie et de la nécessité d’aller planter plus loin en mer les pieux : elles sont de 4, 5, 6, 7 et 8 mètres. Les diamètres admis sont de 10 cm minimum au fin bout et de 30 cm maximum au gros bout.

Vers la fin des années 80, le pin maritime a été expérimenté en raison de son écorce très crevassée. Moins durable que le chêne, il est absent en baie de l’Aiguillon, mais reste utilisé vers Châtelaillon.

L’écorce rugueuse du chêne favorise la fixation des moules
L’écorce rugueuse du chêne favorise la fixation des moules

C’est en hiver que les pieux neufs sont installés. La moitié est enterrée et c’est le gros bout qui dépasse en mer, pour collecter plus de moules et assurer une certaine flexibilité de l’ensemble face à la houle. Les anciens mytiliculteurs affirmaient qu’un pieu de chêne coupé en bonne lune pouvait durer 15 ans. La durée de vie moyenne constatée aujourd’hui est de 6 ans. Les tarets, véritables termites marins, les rongent de l’intérieur et la houle ou la récolte mécanisée finissent de les détruire. Il est primordial de ne jamais couper le bois en forêt après le 15 décembre et avant la fin février, période d’arrêt végétatif absolu du chêne. Les pieux doivent ensuite être livrés et piqués en mer rapidement, car si l’écorce sèche ils deviennent inutilisables.

Bord de route en forêt, les pieux sont achetés en moyenne 0,75 € (5 F) du mètre linéaire. Ce prix varie selon l’accessibilité, l’emplacement de la forêt et l’importance du lot. Il correspond à une moyenne de 55 € /stère (350 F), soit plus du double du prix du bois de chauffage. Le marché est limité et partagé entre quelques fournisseurs locaux. Certains mytiliculteurs ont conservé par tradition leurs propres coupeurs de pieux en forêt, mais cette pratique tend à disparaître.

Une inquiétude se dessine parmi les partenaires de ce marché : la concurrence des bois d’importation d’Amérique du Sud. Depuis une dizaine d’années, des importateurs fournissent des pieux de palmiers « Copernicia Alba » venant du Paraguay. Malgré un prix très élevé (4,90 € du mètre linéaire), certains mytiliculteurs sont tentés par ce produit qui semble avoir une bonne longévité. Le gros avantage de ces pieux est de pouvoir être plantés à toute époque grâce à l’absence d’écorce crevassée, qui ne peut donc se dessécher ni se décoller. Paradoxalement ils permettent quand même de collecter efficacement les moules. Cependant, beaucoup de mytiliculteurs refusent leur utilisation massive à cause du prix et pour préserver l’image de leur produit « moule de bouchot de Charron » associé au traditionnel pieu de chêne. Il faut souligner que la demande pour ces pieux d’importation est consécutive à la difficulté de trouver du chêne en temps et en heure à cause du manque d’organisation de la filière régionale. L’utilisation de pieux à bouchots en chêne offre un débouché rémunérateur aux éclaircies de taillis, alors que la récolte des palmiers se fait en dehors de toute sylviculture raisonnée. Espérons que les sylviculteurs sauront s’organiser à temps avant d’être écartés de ce marché régional.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc DEMENE
CRPF
3ème trimestre 2002 39 Technique
Dans la même rubrique
  1. Cloisonnement et double marquage
    pour réussir les éclaircies de taillis de chêne

  2. La plantation d’automne est préférable
    pour les plants à racines nues

  3. Les techniques de plantations de haies évoluent
  4. Forestiers et chasseurs sont les partenaires obligés de demain (2)
  5. La sylviculture, c’est doser la lumière au profit de chaque arbre d’avenir
  6. Forestiers et chasseurs sont les partenaires obligés de demain (1)
  7. La provenance des plants est très réglementée
  8. Protections et affûtage : indispensables pour tronçonner en sécurité
  9. Le FOGEFOR, une formation adaptée à tous les propriétaires forestiers
  10. Les coupes traditionnelles ne sont plus adaptées à la gestion des taillis
  11. Et si le dépérissement du châtaignier n’était pas une fatalité …
  12. Les éclaircies valorisent les taillis de châtaigniers
  13. Il est simple de cuber un arbre abattu
  14. Les sylviculteurs doivent savoir différencier les chênes pédonculé et sessile
  15. Plantation dense et conduite énergique sont recommandées pour le Chêne rouge
  16. Face à la demande les constructeurs de maisons à ossature bois s’organisent - (2ème partie)
  17. La construction bois présente de nombreux atouts
  18. L’enrichissement d’un mauvais taillis ne doit pas se faire à l’économie
  19. Le plan de chasse doit devenir un véritable outil de gestion
  20. Poirier commun et Pommier sauvage sont aussi des arbres forestiers
  21. La forêt tire parti de la gestion des lisières
  22. Régénérons nos taillis de châtaignier pour les convertir en futaie
  23. Les peuplements irréguliers nécessitent une gestion soignée
  24. Un groupe de travail pour promouvoir le robinier « faux-acacia »
  25. Le cubage des arbres sur pied n’est qu’une estimation
  26. Maritime, taeda ou laricio : chaque pin a sa place
  27. Quatre siècles n’ont pas changé la méthode de fabrication des feuillards
  28. L’Aulne Glutineux : essence à planter dans les terrains humides
  29. Vendre à temps ses bois et mieux se structurer sont deux des leçons à retenir de la tempête
  30. Bien analyser les risques sanitaires avant reconstitution
  31. Le platane, une alternative au peuplier en station alluviale séchante
  32. Le dernier des feuillardiers
  33. L’amélioration du foncier, l’exemple des Deux-Sèvres
  34. La typologie apporte de la rigueur à la description des peuplements
  35. La gestion des ripisylves conditionne la vie aquatique
  36. Bien décrire ses bois pour bien choisir leur gestion
  37. Le pieu à moules doit rester en chêne
  38. Menaces sur l’avenir du taillis simple
  39. Des règles simples pour conduire et renouveler les futaies régulières
  40. Les caractéristiques défavorables du sol limitent les choix du reboiseur
  41. LA TEMPETE PROFITE AUX GRANDS ANIMAUX
  42. Rajeunir le châtaignier pour limiter ses maladies
  43. Contre l’Hylobe, mieux vaut prévenir que guérir
  44. Courte et rentable, la sylviculture de l’acacia ne manque pas de piquants
  45. De la charpente au tranchage, trois sylvicultures pour le Pin laricio
  46. Les plants à racines nues : démodés mais toujours fiables
  47. Le Pin laricio de Corse : un montagnard qui s’enracine dans nos plaines
  48. Deux chênes de pays, un même objectif mais deux sylvicultures
  49. Bois d’alisier et cormier : la région peut mieux faire
  50. Planter des aulnes pour stabiliser les berges
  51. Des plants de qualité en quantité pour les boisements de chêne
  52. Les bûcherons au secours des machines d’abattage dans les chablis résineux
  53. Le mélange taillis-futaie permet une récolte de bois d’oeuvre à chaque génération de propriétaire
  54. Les Grandes chênaies peuvent être régénérées sans plantation
  55. Les scieries mobiles peuvent participer au service des bois abattus
  56. L’exploitation des bois sinistrés : une tâche énorme, dangereuse et coûteuse
  57. Le quart de la forêt régionale abattu en 4 heures
  58. Sauvetage des bois : les résineux les plus menacés
  59. Le Dessouchage : un investissement lourd, rarement rentable
  60. Les layons, passages obligés des éclaircies de taillis
  61. Boisement de terres agricoles - Le Pin maritime doit être exploité avant 30 ans
  62. PROSILVA une sylviculture invisible
  63. Le Merisier veut de l’ambiance
  64. Tout sur la plantation des noyers
  65. Le Pin taeda appelé à côtoyer le Pin maritime
  66. Pin maritime, laricio et taeda : une sylviculture proche pour des résultats différents
  67. Dépolluer puis se chauffer grâce aux taillis à très courte rotation
  68. Tous les sols ne sont pas au goût de la truffe
  69. Le peuplier nécessite une plantation soignée à un mètre de profondeur minimum
  70. Taillis : un inventaire par échantillonnage
  71. La Trufficulture ne laisse pas de place à l’improvisation
  72. LA TRONÇONNEUSE, UN OUTIL DANGEREUX A CHOISIR AVEC SOIN
  73. Noyers : le semis s’enracine
  74. Les retombées techniques positives de l’ouragan Martin
  75. Cheval et cheval vapeur se complètent pour le débardage du bois
  76. Entretien des boisements : attention aux outils lourds
  77. Produire plus rapidement diminue les risques
  78. Trois sites internet de cartographie très utiles aux propriétaires
  79. Les sondages de sol sont indispensables pour choisir la bonne essence
  80. La régénération naturelle des futaies nécessite un diagnostic préalable
  81. Les Plans Simples de Gestion vont concerner 360 nouvelles propriétés en Poitou-Charentes
  82. La taille et l’élagage du peuplier doivent être adaptés à chaque cultivar
  83. Le tassement du sol altère ses qualités
  84. L’éclaircie des noyers à bois : un sacrifice indispensable
  85. Les techniques de réhabilitation d’une ripisylve
  86. L’exploitation mécanisée des taillis se généralise
  87. La protection des plantations contre les cervidés coûte cher
  88. Une démarche logique pour élaborer son plan simple de gestion
  89. Carte IGN, plan cadastral et photo-aérienne réunis sur un même site internet
  90. La mécanisation diminue les coûts des éclaircies des jeunes taillis de châtaignier
  91. Travail du sol : des alternatives à la charrue à socs
  92. Un an de réflexion avant de boiser
  93. Taillis de chêne : la coupe rase n’est pas toujours la solution
  94. Plantations d’enrichissement : un minimum de plants mais un maximum de soins
  95. La délicate gestion des peuplements irréguliers
  96. La replantation des peupliers doit être planifiée dès la vente des bois
  97. Des matériels de taille et d’élagage à la portée du sylviculteur
  98. Pas de plantation performante sans plants de qualité
  99. Pistes, routes et places de dépôt sont indispensables pour la sortie des bois