- La comparaison économique entre régénération naturelle et artificielle s’avère délicate -

Les régénérations naturelles ou artificielles de chêne ont leurs adeptes comme leurs détracteurs qui annoncent régulièrement, preuves à l’appui, que leur solution est la plus économe. Pourtant, il est bien difficile de répondre définitivement à cette question. Si les coûts moyens sont proches, chaque situation est un cas particulier et ce sont les conditions locales qui font pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

Les protections contre les dégâts de cervidés augmentent fortement le coût des plantations.
Les protections contre les dégâts de cervidés augmentent fortement le coût des plantations.

Il est néanmoins possible de dégager quelques grandes tendances. La régénération naturelle consiste à accompagner le cycle de reproduction spontané des arbres. Les semenciers produisent gracieusement et plus ou moins régulièrement des graines qui formeront le futur peuplement. L’investissement initial est donc peu onéreux, mais deux paramètres viennent rapidement grever le budget du propriétaire. Tout d’abord, il faut dégager les plants de la végétation concurrente et les dépresser, c’est-à-dire diminuer leur densité pour éviter qu’ils ne s’étouffent entre eux. Ces opérations doivent être répétées pendant plusieurs années, ce qui engendre des frais non négligeables. Deuxièmement, comme tout phénomène naturel, ce mode de régénération est aléatoire. Le sauvetage des semis n’est pas automatique. Parfois, une remontée du plan d’eau les asphyxie, ou bien les semis sont mal répartis sur la parcelle ou encore envahis et étouffés par une végétation concurrente (ronce, graminées, fougère) non prévue initialement... Les travaux induits peuvent rapidement augmenter la facture. Pour résumer, une régénération naturelle est économique, si tout se passe bien.

De son côté, la régénération artificielle se caractérise par un investissement initial plus important, incluant notamment l’achat des plants et leur mise en terre. Ce seul budget peut approcher le coût de certaines régénérations naturelles tous travaux compris. Par contre, les entretiens s’avèrent souvent moins onéreux. Les dégagements concernent peu de plants, qui sont par ailleurs plus faciles à repérer. Quant au dépressage, il s’avère inutile puisque le nombre de tiges installées est faible comparé aux semis spontanés. De plus, et sous réserve d’une étude de station bien menée, la réussite d’une plantation est moins sujette aux aléas.

Un réseau dense de cloisonnements sylvicoles facilite l’entretien des régénérations naturelles.
Un réseau dense de cloisonnements sylvicoles facilite l’entretien des régénérations naturelles.

Ces deux modes de renouvellement ont évolué ces dernières années dans le sens d’un meilleur rapport efficacité sur investissement. Ainsi, en matière d’entretien des régénérations naturelles de chêne, l’Institut pour le Développement Forestier préconise désormais l’ouverture de cloisonnements sylvicoles de 2 à 2,5 mètres de large, espacés de 4 à 5m d’axe en axe. Broyé régulièrement, ce réseau très dense diminue de 40 à 70% la surface des lignes de semis à entretenir, tout en sécurisant et facilitant le travail. Le principal poste de dépenses s’en trouve ainsi diminué. Concernant la régénération artificielle de cette même essence, c’est au niveau des densités d’installation que les techniques ont le plus évolué. Il est désormais conseillé, en présence d’un recrû ligneux, d’abaisser la densité de plantation entre 900 à 1200 tiges par ha, ce qui diminue mécaniquement les coûts, sans pour autant hypothéquer la qualité du futur peuplement.

Ainsi, même si le choix entre régénération artificielle et naturelle est délicat, ceci ne doit pas inciter le propriétaire à repousser cette étape clé de la vie d’un peuplement.

Avec l’aimable collaboration de Jean Lemaire (Institut pour le Développement Forestier) et Frédéric Béchon (expert forestier).

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
A GUYON - A THILLOU
CRPF
3ème trimestre 2011 75 Economique
Dans la même rubrique
  1. Le séchage est indispensable à la mise en œuvre du bois
  2. Le prix des forêts a progressé entre 2000 et 2006
  3. La filière bois bûche se professionnalise
  4. Regain d’intérêt pour une énergie renouvelable bon marché : le bois
  5. Les coopératives se regroupent pour s’adapter au marché
  6. Bien choisir sa méthode de vente de bois
  7. Le tiers des bois commercialisés en France est destiné à la trituration
  8. La vente bord de route permet de valoriser les bois grâce au tri
  9. De nombreux paramètres influent sur le prix d’achat d’une coupe de bois d’œuvre
  10. Les beaux jours du piquet de châtaignier et de robinier
  11. La filière bois constitue un atout majeur pour la région Poitou-Charentes
  12. Des plans de massifs pour dynamiser la gestion forestière des petites propriétés
  13. Un contrat de vente écrit pour éviter les contentieux
  14. Inflation sur les travaux
  15. La valeur d’une forêt ne dépend pas que du sol et du peuplement
  16. L’ECIF : un nouvel outil de restructuration foncière basé sur le volontariat
  17. Le boisement contribue à protéger la ressource en eau
  18. Toute vente de bois doit être suivie de près
  19. Le chauffage aux granulés de bois fait son entrée en France
  20. L’ECOCERTIFICATION, le prix à payer pour vendre ses bois.
  21. Du concentré de chêne pour bonifier les eaux de vie
  22. Un gisement de bois régional important : les produits connexes des industries
  23. Un taux réduit de T.V.A. accessible à tous
  24. Le peuplier, emballage propre
  25. L’abattage du châtaignier se mécanise
  26. Une embellie sur le marché du chêne
  27. Tonnellerie : des fûts en manque de chênes régionaux
  28. Baisse de la TVA à 5,5 % pour les travaux forestiers
  29. Commercialisation et reconstitution : l’union fait la force
  30. Seules les forêts assurées seront indemnisées
  31. L’élagage du pin maritime est payant
  32. Mécanisation : une machine abat le travail de six bûcherons
  33. Modes de vente : mode d’emploi
  34. Des premiers résultats encourageants pour les Plans de Développement de Massif
  35. L’éclaircie de taillis : un investissement qui rapporte
  36. La Région finance le boisement des périmètres de captage d’eau potable
  37. En populiculture, la valeur n’attend plus le nombre des années
  38. Les 24 millions d’arbres replantés seront à couper d’ici quarante ans
  39. Le bois nouveau pétrole vert ?
  40. Deux nouvelles usines de déroulage de peuplier pour le grand Sud-Ouest
  41. Un film au service de l’éclaircie de taillis
  42. La surface des forêts françaises commence à diminuer
  43. Des reboisements de qualité mais plus économiques
  44. L’industrie du châtaignier s’adapte aux nouveaux marchés
  45. La comparaison économique entre régénération naturelle et artificielle s’avère délicate
  46. La filière peuplier menacée en Poitou-Charentes
  47. Développer les usages du bois sans augmenter les importations
  48. Marais poitevin : le peuplier sur la sellette
  49. Le chauffage aux bûches doit se moderniser pour mériter le titre d’énergie propre
  50. Tempête et incendie : un nouveau contrat d’assurance pour les sylviculteurs
  51. La chasse peut améliorer les revenus forestiers
  52. Une étude confirme l’efficacité des plans simples de gestion
  53. La ressource forestière régionale ne couvre pas les besoins de l’industrie
  54. Feuillus précieux : des marchés réduits, une demande fluctuante
  55. La filière peuplier aide financièrement la replantation
  56. Vente de bois : une cotisation obligatoire pour l’interprofession forestière
  57. L’essor du bois énergie sera-t-il compatible avec la ressource ?
  58. Les plants de peuplier soumis à redevance
  59. La Cotisation Volontaire Obligatoire : quelques précisions importantes
  60. Après les résineux, l’exploitation mécanisée se développe dans les taillis
  61. La tonnellerie charentaise en tête de la production mondiale
  62. Cuber et estimer une coupe est un vrai métier
  63. Des aides financières localisées pour améliorer les peuplements feuillus
  64. Nouveaux financements privés expérimentaux pour relancer la populiculture
  65. Pas de populiculture rentable sans élagage
  66. Le prix du Chêne en forte hausse
  67. L’intervention d’un gestionnaire forestier est un investissement nécessaire
  68. 2000 chênes pour faire renaître un bateau