- Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers -

Le changement climatique annoncé risque de modifier profondément les relations entre les êtres vivants et en particulier les équilibres entre les arbres et leurs agresseurs. Ces évolutions pourraient favoriser l’introduction de nouveaux parasites, l’extension de l’aire de présence des différentes maladies et insectes et la virulence des parasites actuels. De plus, avec la hausse des températures et les déficits hydriques, les arbres stressés deviennent plus sensibles à l’attaque des différents pathogènes.

Il n’y aura pas une évolution générale commune pour toutes les maladies et tous les insectes forestiers. Certains risquent d’être favorisés tandis que d’autres pourraient voir leur importance diminuer. Ainsi, l’oïdium, ce feutrage blanc présent sur les feuilles de chênes devrait se développer avec la hausse des températures. Il en est de même pour les maladies de l’encre qui sont dues à un « champignon » du genre Phytophtora. Cette maladie racinaire présente principalement sur chêne rouge et sur châtaignier se rencontre essentiellement dans le Sud-Ouest de la France.

Les arbres affaiblis sont les premiers attaqués par les pathogènes
Les arbres affaiblis sont les premiers attaqués par les pathogènes

Le réchauffement devrait entrainer sa progression vers le nord. La chenille processionnaire du pin, très présente dans notre région a déjà vu son aire s’étendre depuis une trentaine d’année vers le nord et le centre de notre pays. Autrefois cantonnée au grand Sud-Ouest et au midi, elle est aujourd’hui présente en région parisienne. Inversement, le chancre à Xanthomonas du peuplier, présent au nord de la Loire, pourrait disparaître.

A la faveur du changement climatique, des parasites actuellement inconnus pourraient être introduits sur notre territoire. Par ailleurs, des pathogènes actuellement non virulents le deviendraient. Ces phénomènes pourraient alors se produire sur de vastes territoires et seraient soit brutaux (dépérissements, défoliations…) soit discrets mais continus. Ils seront amplifiés si l’homme contribue fortement à la dispersion de ces parasites. Cela semble être le cas pour le Phytophtora ramorum du chêne. Ce champignon qui est responsable de la mort subite du chêne, provoque d’importants dégâts sur la côte Ouest des Etats-Unis. Ce parasite invasif a déjà été signalé en Europe. Il fait l’objet d’une très grande vigilance notamment au niveau de sa propagation à partir, entre autres, de pépinières contaminées.

Chenilles processionnaires Evolution processionnaire
La chenille processionnaire continuera sa progression vers le Nord (Source IDF).

La complexité de ces phénomènes nécessite une compétence affirmée pour mener des diagnostics parfois délicats. Le Département de la Santé des Forêts, ainsi que tous les correspondants observateurs de terrain, demeurent vigilants en suivant au quotidien l’évolution sanitaire de nos forêts.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
A. Rousset - JM Mounier
GDF17 - AMVF
3ème trimestre 2010 71 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. 2011, Année internationale des forêts.