- Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes -

Yves LACOUTURE Yves Lacouture est technicien forestier au Centre d’Etudes Techniques et d’Expérimentations Forestières de la Charente. Il a mené en 2009 une campagne d’observations et de mesures des dépérissements des peuplements de chênes en Poitou-Charentes. Il est également depuis 2010 correspondant observateur du Département de la Santé des Forêts.

Bois et Forêts : Pourquoi une étude sur les effets du réchauffement climatique sur les peuplements de chênes ?

Yves Lacouture : Depuis de nombreuses années, des signalements de dépérissements de peuplements de chênes, première essence de la région, sont répertoriés par le Département Santé des Forêts (DSF). Le changement climatique tel qu’il est actuellement envisagé risque d’aggraver la situation. L’une des ambitions de l’étude menée en 2009 en Poitou-Charentes et Pays de Loire, est de préciser quels sont les facteurs déclenchant ou aggravant ces dépérissements. Un outil simple de diagnostic des chênaies sera proposé aux gestionnaires afin d’adapter la gestion des peuplements.

B. & F. : Quels sont les premières conclusions de cette étude ?

Y.L. : Les chênaies pédonculées présentent un niveau de dépérissement bien supérieur aux chênaies sessiles. Pour le pédonculé, les zones les plus dépérissantes correspondent assez nettement aux régions où se conjuguent des précipitations annuelles faibles, des températures estivales fortes, une réserve utile en eau du sol limitée. Cependant, ces éléments ne sont pas les seuls à mettre en cause. D’autres facteurs influent sur les dépérissements, tel que la sylviculture pratiquée qui a conduit à accumuler un important volume de bois sur pied, avec des densités d’arbres très élevées. A cela s’ajoutent le tempérament peu sociable et les besoins importants en eau de cette essence. De plus, elle est capable de s’installer quasiment n’importe où, y compris sur des stations qui finalement ne lui permettent pas de pousser correctement ou tout simplement de survivre.

B. & F. : Quelles sont les prochaines étapes de l’étude ?

Y.L. : Cette étude pluriannuelle, financée par l’Union Européenne, le ministère en charge de l’environnement et le Conseil Régional de Poitou-Charentes, comprend plusieurs modules. Après l’état des lieux de la chênaie atlantique, l’année 2010 sera consacrée à affiner le diagnostic sanitaire par l’analyse du développement architectural des houppiers de chênes pédonculés. Un travail destiné à préciser les conditions stationnelles les plus favorables à la production de bois d’œuvre de chêne sera également mené. En parallèle, un module s’intéressera aux qualités technologiques du chêne pubescent, déjà fortement représenté dans notre région, et mieux adapté à d’éventuels problèmes de réchauffement climatique. La réalisation de guides sylvicoles, de documents de communication et d’outils de formation suivront. Enfin, l’influence des éclaircies sur l’évolution sanitaire des chênes dépérissants sera étudiée.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
3ème trimestre 2010 71 Interview
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC