- Le séchage est indispensable à la mise en œuvre du bois -

Le séchage naturel ou artificiel est nécessaire pour une bonne utilisation du bois, qu’il soit destiné au chauffage, à la charpente, à la menuiserie ou à l’ébénisterie. C’est un atout majeur pour la commercialisation des produits : cette prestation garantit en effet à l’utilisateur final la possibilité de mettre immédiatement en œuvre le bois qu’il achète en limitant les risques de mauvaises surprises.

Le bois est un matériau vivant, en ce sens qu’il peut aussi bien perdre de l’eau qu’en reprendre. Le bois d’un arbre sur pied contient 300 à 600 litres d’eau par mètre cube. Cela représente un taux d’humidité de 80 à 100 % par rapport à la masse sèche pour le chêne ou le châtaignier et de 100 à 200 % pour le peuplier.

Un sciage sec à l’air peut lui contenir 30 % d’humidité. Mis en œuvre dans un environnement très sec, il va encore perdre de l’eau, et donc se rétracter. On imagine facilement les conséquences, par exemple sur la stabilité d’un meuble. En effet, lorsque l’eau quitte les cellules, celles-ci se rétrécissent. On observe alors une diminution progressive de la largeur et de l’épaisseur du sciage : c’est ce que l’on appelle le retrait. L’impact sur la longueur d’une pièce est par contre négligeable. Ainsi, le séchage d’une planche de chêne ou de frêne entraîne une réduction de 15 à 20 % de son volume initial, 11 à 13 % pour du châtaignier ou du noyer. Cette notion est donc particulièrement importante pour définir la section de sciage en fonction des dimensions recherchées après séchage. A l’inverse, un bois dont le taux d’humidité a été ramené à 15 % et placé dans un contexte humide, va reprendre de l’eau et gonfler. C’est cette particularité qui permettait à nos ancêtres de fendre de gros blocs de rocher avec de simples coins de bois, en l’absence d’outils métalliques.

Pour sécher du bois, il faut contraindre l’eau qu’il contient à se rapprocher de la surface pour être ensuite évaporée. La vitesse et les conditions dans lesquelles se déroulent ces phénomènes, requièrent une certaine maîtrise. Lorsque le procédé de séchage est mal contrôlé, en particulier lorsqu’il est trop brutal, cela provoque un déséquilibre dans l’organisation des cellules du bois, et entraîne des déformations telles que le tuilage, le cintrage ou le voilement.

Le séchage à l’air libre est encore pratiqué. Il est certes plus long, mais induit peu de déformations dans la mesure où il est très progressif. Il ne nécessite pas de gros investissements, mais plutôt beaucoup de place. Son principal inconvénient est qu’il ne permet pas d’abaisser le taux d’humidité du bois en dessous de 15 %. Son coût élevé est lié à la durée d’immobilisation du stock.

De nombreuses utilisations nécessitent un bois à moins de 14 % d’humidité. Le séchage artificiel est alors indispensable. Ainsi, pour un emploi en parqueterie, le taux d’humidité doit être abaissé entre 9 et 12 %, alors qu’un taux de 17 à 23 % est suffisant pour du bois de charpente.

Le bois est placé dans ce que l’on appelle des cellules de séchage pouvant contenir jusqu’à 300m3. Trois principaux procédés existent : à air chaud climatisé, par déshumidification de l’air, et sous vide. On peut alors obtenir des produits dont le taux d’humidité approche les 8 %. Selon les essences et les dimensions des sciages, le coût moyen du séchage artificiel se situe entre 30 et 60 € HT/m3. Mais le temps de séchage est alors 7 à 15 fois plus court !

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Yves Lacouture
CETEF
2ème trimestre 2004 46 Economique
Dans la même rubrique
  1. Le séchage est indispensable à la mise en œuvre du bois
  2. Le prix des forêts a progressé entre 2000 et 2006
  3. La filière bois bûche se professionnalise
  4. Regain d’intérêt pour une énergie renouvelable bon marché : le bois
  5. Les coopératives se regroupent pour s’adapter au marché
  6. Bien choisir sa méthode de vente de bois
  7. Le tiers des bois commercialisés en France est destiné à la trituration
  8. La vente bord de route permet de valoriser les bois grâce au tri
  9. De nombreux paramètres influent sur le prix d’achat d’une coupe de bois d’œuvre
  10. Les beaux jours du piquet de châtaignier et de robinier
  11. La filière bois constitue un atout majeur pour la région Poitou-Charentes
  12. Des plans de massifs pour dynamiser la gestion forestière des petites propriétés
  13. Un contrat de vente écrit pour éviter les contentieux
  14. Inflation sur les travaux
  15. La valeur d’une forêt ne dépend pas que du sol et du peuplement
  16. L’ECIF : un nouvel outil de restructuration foncière basé sur le volontariat
  17. Le boisement contribue à protéger la ressource en eau
  18. Toute vente de bois doit être suivie de près
  19. Le chauffage aux granulés de bois fait son entrée en France
  20. L’ECOCERTIFICATION, le prix à payer pour vendre ses bois.
  21. Du concentré de chêne pour bonifier les eaux de vie
  22. Un gisement de bois régional important : les produits connexes des industries
  23. Un taux réduit de T.V.A. accessible à tous
  24. Le peuplier, emballage propre
  25. L’abattage du châtaignier se mécanise
  26. Une embellie sur le marché du chêne
  27. Tonnellerie : des fûts en manque de chênes régionaux
  28. Baisse de la TVA à 5,5 % pour les travaux forestiers
  29. Commercialisation et reconstitution : l’union fait la force
  30. Seules les forêts assurées seront indemnisées
  31. L’élagage du pin maritime est payant
  32. Mécanisation : une machine abat le travail de six bûcherons
  33. Modes de vente : mode d’emploi
  34. Des premiers résultats encourageants pour les Plans de Développement de Massif
  35. L’éclaircie de taillis : un investissement qui rapporte
  36. La Région finance le boisement des périmètres de captage d’eau potable
  37. En populiculture, la valeur n’attend plus le nombre des années
  38. Les 24 millions d’arbres replantés seront à couper d’ici quarante ans
  39. Le bois nouveau pétrole vert ?
  40. Deux nouvelles usines de déroulage de peuplier pour le grand Sud-Ouest
  41. Un film au service de l’éclaircie de taillis
  42. La surface des forêts françaises commence à diminuer
  43. Des reboisements de qualité mais plus économiques
  44. L’industrie du châtaignier s’adapte aux nouveaux marchés
  45. La comparaison économique entre régénération naturelle et artificielle s’avère délicate
  46. La filière peuplier menacée en Poitou-Charentes
  47. Développer les usages du bois sans augmenter les importations
  48. Marais poitevin : le peuplier sur la sellette
  49. Le chauffage aux bûches doit se moderniser pour mériter le titre d’énergie propre
  50. Tempête et incendie : un nouveau contrat d’assurance pour les sylviculteurs
  51. La chasse peut améliorer les revenus forestiers
  52. Une étude confirme l’efficacité des plans simples de gestion
  53. La ressource forestière régionale ne couvre pas les besoins de l’industrie
  54. Feuillus précieux : des marchés réduits, une demande fluctuante
  55. La filière peuplier aide financièrement la replantation
  56. Vente de bois : une cotisation obligatoire pour l’interprofession forestière
  57. L’essor du bois énergie sera-t-il compatible avec la ressource ?
  58. Les plants de peuplier soumis à redevance
  59. La Cotisation Volontaire Obligatoire : quelques précisions importantes
  60. Après les résineux, l’exploitation mécanisée se développe dans les taillis
  61. La tonnellerie charentaise en tête de la production mondiale
  62. Cuber et estimer une coupe est un vrai métier
  63. Des aides financières localisées pour améliorer les peuplements feuillus
  64. Nouveaux financements privés expérimentaux pour relancer la populiculture
  65. Pas de populiculture rentable sans élagage
  66. Le prix du Chêne en forte hausse
  67. L’intervention d’un gestionnaire forestier est un investissement nécessaire
  68. 2000 chênes pour faire renaître un bateau