- Le travail du sol en entretien -

INTÉRÊTS

C’est la technique culturale la plus valorisante. Elle permet un gain en croissance important :

  • elle aère le sol ;
  • elle facilite la reprise des plants. Leur croissance active débute plus tôt. Le risque d’attaques parasitaires est ainsi diminué ;
  • l’élimination de la végétation concurrente, notamment herbacée, est complète ;
  • l’évaporation de l’eau du sol est freinée. L’alimentation en eau des peupliers se trouve améliorée ;
  • les éléments minéraux du sol sont mis à la disposition des racines.

RÉGLES D’EXÉCUTION

  • La profondeur de travail sera toujours faible : 10 à 15 cm.
  • L’opération n’est à envisager que durant les trois à quatre années qui suivent la plantation.

Au-delà, le gain en production n’est plus assez important pour la rentabiliser.

ÉPOQUE D’INTERVENTION

Elle sera fonction de la nature et de l’état de la végétation : les graminées, le Liseron ou le Chardon sont à détruire plus rapidement que l’Ortie ou la Reine des prés (concurrence importante, développement et propagation plus rapides).

D’une façon générale, on peut préconiser :

  • un premier passage au printemps, puis un second au début de l’été. Il est conseillé de croiser le sens de ces deux passages ;
  • dans le cas d’un seul passage par an, mai-juin est une bonne époque.

PRÉCAUTIONS

Le passage des outils doit laisser une bande enherbée au pied des peuplier pour éviter toute blessure au tronc (Photo CRPF Poitou-Charentes)

Le travail du sol est à proscrire :

  • dans les sols fragiles ou peu portants (tourbeux) ;
  • dans les sols trop superficiels, avec une nappe d’eau proche de la surface ;
  • dans une peupleraie où le sol n’a pas été travaillé depuis au moins trois ans. Avec un nouveau passage, de nombreuses racines de peupliers seraient détruites en surface.

Attention au problème de battance avec des sols à texture limoneuse (risque de formation d’une croûte imperméable en surface).

Eviter de passer les engins trop près du pied des arbres au risque de les blesser. Préférer un désherbage chimique localisé en complément.

MATÉRIELS UTILISABLES

  • Matériels à disques (de type cover-crop) : ils ne doivent pas travailler trop profondément.
  • Fraises rotatives permettent d’obtenir de bons résultats. Attention à l’apparition d’une “semelle” compacte en terrain argileux.
  • Cultivateurs et engins à dents : pour être efficaces, ces outils doivent être utilisés plusieurs fois dans l’année sur une végétation peu développée.

LE BROYAGE

Entretien d'une plantation au gyrobroyeur (Photo M Hubert M. -IDF) Le broyage détruit la partie aérienne de la végétation concurrente sans atteindre son enracinement.

C’est le minimum d’entretien à assurer.

Il peut suffire dans certaines conditions :

  • sol avec un plan d’eau proche de la surface ;
  • terrain à forte potentialité populicole. Il est à effectuer au moins une fois par an pendant les premières années. Il prend de toute façon le relais du travail du sol lorsque celui-ci n’est plus envisageable.

MATÉRIELS

Avec une végétation peu développée, un broyeur léger ou même une faucheuse agricole peut suffire.

ÉPOQUE

  • Juin-juillet dans le cas d’un passage unique par an.
  • Si le terrain le permet, un passage en mai puis un second en août-septembre.

ATTENTION

L’entretien par pâturage peut être préjudiciable pour les arbres (écorçage, tassement du sol, …).