- Les coupes traditionnelles ne sont plus adaptées à la gestion des taillis -

Un baliveau de chêne longiforme ne résiste pas à une crise d’isolement après les coupes.
Un baliveau de chêne longiforme ne résiste pas à une crise d’isolement après les coupes.

Le paysage forestier picto-charentais est parsemé de jeunes coupes de taillis laissant épars des « baliveaux »* d’essences précieuses (chêne, merisier) qui se dégradent progressivement après la coupe : développement important de petites branches tout le long du tronc (gourmands) et cime de l’arbre qui meurt progressivement. Ce type de coupe, beaucoup trop fréquent, aboutit à une réduction importante de la valeur du capital forestier initial.

En toute bonne foi, le propriétaire de la parcelle avait pensé préserver une future futaie issue du taillis en laissant ces baliveaux après la coupe. Mais un éclairement important des troncs réveille des bourgeons dormants sous l’écorce et une multitude de gourmands se développent. Ces arbres, souvent étriqués, ont une capacité de pompage dans le sol limitée. La sève montante est donc intégralement absorbée par ces gourmands et la cime de l’arbre, privée d’alimentation, se dessèche progressivement. Ce phénomène, appelé « descente de cime », est d’autant plus marqué que les arbres sont longiformes. Pour compléter la catastrophe, si la population de cervidés (cerfs ou chevreuils) du secteur est importante, les rejets du taillis seront régulièrement broutés et une majorité des souches de chêne, charme et merisier pourront mourir en 3 ou 4 ans. Le peuplement pourra ainsi régresser vers un taillis de noisetier et d’érable surmonté de baliveaux secs en tête ou même morts pour peu qu’une sècheresse ou une attaque de chenilles viennent parachever le tableau. Ces cas ne sont malheureusement pas rares, et les propriétaires à l’origine de telles coupes pensaient toujours bien faire, croyant perpétuer un système fonctionnant depuis des siècles. Ce type d’exploitation est d’ailleurs défini juridiquement comme « conforme aux usages locaux ».

La principale raison de l’échec actuel de ces pratiques sylvicoles est l’augmentation démesurée de l’âge de coupe des taillis. Jusqu’à la première guerre mondiale, les taillis étaient coupés avant vingt ans. Les souches jeunes rejetaient vigoureusement, les baliveaux isolés après la coupe n’étaient pas trop hauts et résistaient bien à la crise d’isolement. Ils pouvaient au fil des coupes profiter en diamètre et évoluer vers ces gros arbres à bille courte, disséminés dans le taillis, que les forestiers appellent les « réserves ». Mais depuis la seconde guerre mondiale, le désintérêt pour le bois de feu a conduit au vieillissement de tous ces peuplements, qui sont maintenant couramment exploités à des âges dépassant cinquante ans. Or, les vieilles souches rejettent moins vigoureusement. Ce phénomène conjugué à la hauteur très importante des baliveaux laissés provoque les dégradations décrites précédemment. De plus, l’augmentation sans précédent des densités de cervidés ces vingt dernières années accélère souvent cette régression.

Des alternatives à ces coupes sont souhaitables. Si le taillis est très médiocre et présente moins de 60 tiges d’avenir par hectare, il vaut mieux exploiter à blanc et s’en tenir au régime du taillis simple. Il convient alors de protéger les repousses des souches, au moins en éparpillant les branchages des houppiers sur celles-ci. Si l’on compte plus de 60 tiges d’avenir par hectare, on préfèrera réaliser une éclaircie prudente au profit de ces arbres, tout en maintenant un peuplement d’accompagnement. On s’orientera ensuite vers une conduite en futaie.

* baliveau : arbre laissé sur pied lors de la coupe du taillis

Le CRPF, en liaison avec les experts et les coopératives, mènent une campagne de terrain, destinée à promouvoir une meilleure gestion des taillis. N’hésitez pas à nous appeler.

Un peu d’histoire pour mieux comprendre l’origine des baliveaux L’obligation de laisser des baliveaux lors des exploitations remonte aux premières ordonnances royales de 1515 (François 1er) qui ont réglementé les coupes en forêt. Elles imposaient de laisser « au moins 8 baliveaux par arpent », soit 16 par hectare, et un allongement de l’âge d’exploitation à au moins 10 ans. En effet la pression sur les forêts était si importante que les taillis étaient souvent coupés à moins de cinq ans. La pénurie de bois de marine est par la suite devenue telle que les ordonnances de Louis XIV, rédigées par Colbert en 1669, ont considérablement renforcé et généralisé à tout le royaume un ensemble de règles forestières. L’augmentation du nombre d’arbres à garder en futaie dans les coupes feuillues en faisait partie. Les Maîtres des Eaux et Forêts avaient des pouvoirs de police dans toutes les forêts et la Marine pouvait réquisitionner les bois dont elle avait besoin même hors des forêts royales. Tout contrevenant aux ordonnances était passible du pilori, du fouet en public, du bannissement du Royaume ou des galères. On comprendra aisément que la population ait adopté cette « tradition sylvicole » sur près de la totalité des forêts feuillues françaises. Ce système est ainsi à l’origine du fameux « taillis sous futaie », théorisé par la suite par les forestiers modernes du 19ème siècle.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc DEMENE
CRPF
3ème trimestre 2005 51 Technique
Dans la même rubrique
  1. Cloisonnement et double marquage
    pour réussir les éclaircies de taillis de chêne

  2. La plantation d’automne est préférable
    pour les plants à racines nues

  3. Les techniques de plantations de haies évoluent
  4. Forestiers et chasseurs sont les partenaires obligés de demain (2)
  5. La sylviculture, c’est doser la lumière au profit de chaque arbre d’avenir
  6. Forestiers et chasseurs sont les partenaires obligés de demain (1)
  7. La provenance des plants est très réglementée
  8. Protections et affûtage : indispensables pour tronçonner en sécurité
  9. Le FOGEFOR, une formation adaptée à tous les propriétaires forestiers
  10. Les coupes traditionnelles ne sont plus adaptées à la gestion des taillis
  11. Et si le dépérissement du châtaignier n’était pas une fatalité …
  12. Les éclaircies valorisent les taillis de châtaigniers
  13. Il est simple de cuber un arbre abattu
  14. Les sylviculteurs doivent savoir différencier les chênes pédonculé et sessile
  15. Plantation dense et conduite énergique sont recommandées pour le Chêne rouge
  16. Face à la demande les constructeurs de maisons à ossature bois s’organisent - (2ème partie)
  17. La construction bois présente de nombreux atouts
  18. L’enrichissement d’un mauvais taillis ne doit pas se faire à l’économie
  19. Le plan de chasse doit devenir un véritable outil de gestion
  20. Poirier commun et Pommier sauvage sont aussi des arbres forestiers
  21. La forêt tire parti de la gestion des lisières
  22. Régénérons nos taillis de châtaignier pour les convertir en futaie
  23. Les peuplements irréguliers nécessitent une gestion soignée
  24. Un groupe de travail pour promouvoir le robinier « faux-acacia »
  25. Le cubage des arbres sur pied n’est qu’une estimation
  26. Maritime, taeda ou laricio : chaque pin a sa place
  27. Quatre siècles n’ont pas changé la méthode de fabrication des feuillards
  28. L’Aulne Glutineux : essence à planter dans les terrains humides
  29. Vendre à temps ses bois et mieux se structurer sont deux des leçons à retenir de la tempête
  30. Bien analyser les risques sanitaires avant reconstitution
  31. Le platane, une alternative au peuplier en station alluviale séchante
  32. Le dernier des feuillardiers
  33. L’amélioration du foncier, l’exemple des Deux-Sèvres
  34. La typologie apporte de la rigueur à la description des peuplements
  35. La gestion des ripisylves conditionne la vie aquatique
  36. Bien décrire ses bois pour bien choisir leur gestion
  37. Le pieu à moules doit rester en chêne
  38. Menaces sur l’avenir du taillis simple
  39. Des règles simples pour conduire et renouveler les futaies régulières
  40. Les caractéristiques défavorables du sol limitent les choix du reboiseur
  41. LA TEMPETE PROFITE AUX GRANDS ANIMAUX
  42. Rajeunir le châtaignier pour limiter ses maladies
  43. Contre l’Hylobe, mieux vaut prévenir que guérir
  44. Courte et rentable, la sylviculture de l’acacia ne manque pas de piquants
  45. De la charpente au tranchage, trois sylvicultures pour le Pin laricio
  46. Les plants à racines nues : démodés mais toujours fiables
  47. Le Pin laricio de Corse : un montagnard qui s’enracine dans nos plaines
  48. Deux chênes de pays, un même objectif mais deux sylvicultures
  49. Bois d’alisier et cormier : la région peut mieux faire
  50. Planter des aulnes pour stabiliser les berges
  51. Des plants de qualité en quantité pour les boisements de chêne
  52. Les bûcherons au secours des machines d’abattage dans les chablis résineux
  53. Le mélange taillis-futaie permet une récolte de bois d’oeuvre à chaque génération de propriétaire
  54. Les Grandes chênaies peuvent être régénérées sans plantation
  55. Les scieries mobiles peuvent participer au service des bois abattus
  56. L’exploitation des bois sinistrés : une tâche énorme, dangereuse et coûteuse
  57. Le quart de la forêt régionale abattu en 4 heures
  58. Sauvetage des bois : les résineux les plus menacés
  59. Le Dessouchage : un investissement lourd, rarement rentable
  60. Les layons, passages obligés des éclaircies de taillis
  61. Boisement de terres agricoles - Le Pin maritime doit être exploité avant 30 ans
  62. PROSILVA une sylviculture invisible
  63. Le Merisier veut de l’ambiance
  64. Tout sur la plantation des noyers
  65. Le Pin taeda appelé à côtoyer le Pin maritime
  66. Pin maritime, laricio et taeda : une sylviculture proche pour des résultats différents
  67. Dépolluer puis se chauffer grâce aux taillis à très courte rotation
  68. Tous les sols ne sont pas au goût de la truffe
  69. Le peuplier nécessite une plantation soignée à un mètre de profondeur minimum
  70. Taillis : un inventaire par échantillonnage
  71. La Trufficulture ne laisse pas de place à l’improvisation
  72. LA TRONÇONNEUSE, UN OUTIL DANGEREUX A CHOISIR AVEC SOIN
  73. Noyers : le semis s’enracine
  74. Les retombées techniques positives de l’ouragan Martin
  75. Cheval et cheval vapeur se complètent pour le débardage du bois
  76. Entretien des boisements : attention aux outils lourds
  77. Produire plus rapidement diminue les risques
  78. Trois sites internet de cartographie très utiles aux propriétaires
  79. Les sondages de sol sont indispensables pour choisir la bonne essence
  80. La régénération naturelle des futaies nécessite un diagnostic préalable
  81. Les Plans Simples de Gestion vont concerner 360 nouvelles propriétés en Poitou-Charentes
  82. La taille et l’élagage du peuplier doivent être adaptés à chaque cultivar
  83. Le tassement du sol altère ses qualités
  84. L’éclaircie des noyers à bois : un sacrifice indispensable
  85. Les techniques de réhabilitation d’une ripisylve
  86. L’exploitation mécanisée des taillis se généralise
  87. La protection des plantations contre les cervidés coûte cher
  88. Une démarche logique pour élaborer son plan simple de gestion
  89. Carte IGN, plan cadastral et photo-aérienne réunis sur un même site internet
  90. La mécanisation diminue les coûts des éclaircies des jeunes taillis de châtaignier
  91. Travail du sol : des alternatives à la charrue à socs
  92. Un an de réflexion avant de boiser
  93. Taillis de chêne : la coupe rase n’est pas toujours la solution
  94. Plantations d’enrichissement : un minimum de plants mais un maximum de soins
  95. La délicate gestion des peuplements irréguliers
  96. La replantation des peupliers doit être planifiée dès la vente des bois
  97. Des matériels de taille et d’élagage à la portée du sylviculteur
  98. Pas de plantation performante sans plants de qualité
  99. Pistes, routes et places de dépôt sont indispensables pour la sortie des bois
  100. Les éclaircies de taillis de Chêne sont souvent préférables à la coupe rase
  101. Un trait de peinture pour faciliter le repérage des arbres d’avenir