- Les plantations mélangées sont délicates à gérer -

Les plantations pures ou monospécifiques, par leur simplicité d’implantation, de conduite et d’exploitation, sont la règle depuis le XIXème siècle. Elles présentent néanmoins certaines faiblesses par rapport aux peuplements mélangés, qui sont plus résistants aux aléas climatiques et sanitaires, plus riches en termes de biodiversité et moins controversés du point de vue paysager. Néanmoins, le suivi des peuplements à essences multiples est souvent complexe, ce qui est illustré par la diversité des schémas techniques possibles.

Cèdres et pins Laricio en mélange : la différence de croissance initiale se fait souvent au détriment des cèdres.
Cèdres et pins Laricio en mélange : la différence de croissance initiale se fait souvent au détriment des cèdres.

Tout d’abord, il est possible d’introduire plusieurs essences objectif pied à pied sur une même parcelle, comme par exemple le frêne et le noyer noir ou le merisier et le chêne rouge d’Amérique. Il importe que les espèces utilisées aient des exigences de sol, des comportements et des vigueurs proches. En cas de problème sanitaire, il y a peu de chance que toutes les essences soient attaquées. On obtient ainsi une forêt plus résistante et plus variée, gage d’une diversité écologique et paysagère. Par contre, la conduite de ces peuplements est plus délicate. En effet, l’évolution du mélange est difficilement prévisible et une essence peut prendre le pas sur l’autre. Le marquage des éclaircies s’en trouve compliqué, notamment en présence de beaux arbres d’essences différentes trop proches les uns des autres.

Il est également possible d’alterner des lignes d’essences différentes. Dans ce cas, seule une des essences constituera le peuplement objectif. Tel est le cas de l’introduction d’une ligne de bouleau pour quatre lignes de pin Laricio. Le bouleau sera abattu en première éclaircie pour créer les cloisonnements nécessaires à la sortie des bois. Autre exemple : une ligne de cèdres pour trois lignes de pins. Ce cas de figure permet de diminuer les frais de fourniture des arbres car les plants de pins sont beaucoup moins chers. Les éclaircies se feront prioritairement au profit des cèdres, qui se régénèrent naturellement et dont le bois est de meilleure qualité. Ce schéma conjugue les avantages d’une plantation mélangée et la simplicité d’un peuplement pur. Cependant, il est plus contestable d’un point de vue paysager.

L’étagement de la végétation favorise la forme des arbres et assure gîte et couvert pour l’avifaune.
L’étagement de la végétation favorise la forme des arbres et assure gîte et couvert pour l’avifaune.

Autre schéma possible, une essence objectif est introduite à faible densité (200-300 plants/ha voir moins) mais elle est gainée par une végétation buissonnante et/ou arbustive. Cette technique est adaptée aux feuillus précieux, tels le merisier ou le noyer. Techniquement, les arbres d’avenir ont une meilleure forme, ce qui réduit les coûts des tailles de formation et élagages. En jouant sur le choix de cet accompagnement, on obtient des plantations très vivantes au niveau faune et de bel aspect grâce à la floraison des espèces et au caractère irrégulier de la parcelle. Attention toutefois à maîtriser ces essences secondaires, qui peuvent concurrencer ou endommager les tiges d’avenir.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
André THILLOU
CRPF
1er trimestre 2011 73 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. Le marquage des éléments de biodiversité en forêt facilite leur conservation
  52. 2011, Année internationale des forêts.