- Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence -

Jean-François de LA MOTTE est le président de l’association Poitou-Charentes des experts forestiers. Il coordonne les ventes groupées de bois de cette profession en Poitou-Charentes.

Bois et Forêts : Quel est le principe d’une vente groupée et comment est-elle organisée ?

J-F. de La Motte : Les experts forestiers, membres de la CNIEFEB (Compagnie Nationale des Ingénieurs et Experts Forestiers et des Experts en Bois), s’unissent pour organiser par région, une ou plusieurs ventes groupées, afin de mettre en marché les coupes de bois confiées par leurs clients. Ces différents lots sont rassemblés au sein d’un même catalogue, adressé aux acheteurs potentiels, ayant une activité dans la région ou les régions limitrophes. Lors de la séance, les participants sont invités à soumissionner sur chaque lot de bois, qui sera alors vendu au mieux disant, sous réserve d’atteindre un prix minimal (prix de retrait) fixé entre le propriétaire et l’expert. Ces ventes constituent des rendez-vous incontournables pour la filière bois, car elles permettent aux acheteurs d’avoir la possibilité d’acquérir des coupes bien identifiées, avec des volumes significatifs. Elles reflètent l’état du marché régional du bois et leurs résultats constituent une source de référence pour les acheteurs comme pour les vendeurs.

B. & F. : Quel est l’intérêt pour le propriétaire de passer par une vente groupée ?

J-F.d.L.M. : La vente d’un lot de bois constitue l’aboutissement de plusieurs dizaines d’années de travail qu’il convient de ne pas brader. En confiant la mise en marché de ses bois à un expert, le propriétaire s’assure les compétences d’un professionnel en matière d’estimation quantitative et qualitative de son lot et d’appréciation du marché du bois. Les ventes groupées font jouer la concurrence, en toute transparence. La fixation d’un prix de retrait sécurise l’opération pour le propriétaire. Un ensemble de règles strictes cadrent le dispositif. La transaction n’est ferme et définitive qu’après établissement d’un contrat de vente, s’appuyant sur le descriptif du lot et sur un cahier des clauses générales, approuvé par la Fédération Nationale du Bois (FNB) et la CNIEFEB. Tous les documents et paiements sont cautionnés par un établissement bancaire, pouvant ainsi prendre la suite d’un acheteur en cas de défaillance de celui-ci, tant pour le règlement de la coupe que pour les dommages et amendes encourus.

B. & F. : Ce type de vente a-t-il un coût pour le propriétaire ?

J-F.d.L.M. : Les honoraires, comprenant les frais de marquage, d’estimation et de mise en vente, s’élèvent généralement à 7 % HT du montant de la vente, payable à l’encaissement du premier règlement. Ils couvrent également les frais pouvant survenir après la coupe pour faire respecter le contrat et ses conditions particulières. Ne vaut-il pas mieux faire appel à des spécialistes et payer 7 % de frais sur la vente plutôt que de perdre 20 à 50 %, si ce n’est plus, sur la valeur du lot, par mauvaise appréciation des produits ou du marché ?

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
CRPF
3ème trimestre 2012 79 L’Interview
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC