- Maintenir le mélange peuplier –taillis de frêne est possible sous conditions -

Marier le frêne et le peuplier sur la même parcelle est tentant, intéressant sur le plan biologique mais techniquement compliqué.

Le frêne est exploité en premier et fournit du bois de chauffage. Le peuplier est ensuite abattu, c’est le bois d’œuvre. Ce mélange n’est donc viable qu’en présence d’un débouché bois-énergie, ce qui est le cas actuellement. Encore faut-il trouver la main d’œuvre pour le mobiliser, ceci est déjà plus problématique. Il ne faut pas oublier non plus les conditions spécifiques du travail en milieu inondable.

Sur un plan écologique, l’association taillis de frêne / plantation de peuplier permet de retrouver les mêmes richesses floristique et faunistique que sous une frênaie alluviale pure. Ce n’est pas le cas en simple peupleraie. Par ailleurs, du point de vue paysager, le peuplier en mélange perd son aspect artificiel.

Mais pour nourrir un tel mélange, le sol doit être riche chimiquement et très bien alimenté en eau ; tel est le cas de la vallée de l’Antenne en Charente et Charente-Maritime. Trop humide, le sol ne sera pas apte à la croissance du peuplier. A l’inverse, très argileux et à plan d’eau profond, le frêne peinera à se développer.

Le peuplier dominant le frêne, celui-ci doit néanmoins arriver à maturité et avoir une dimension commercialisable. Cela était autrefois possible grâce à l’usage du clone ‘Blanc du Poitou’. Très longévif, avec un objectif de production de gros bois en 30 - 35 ans, le taillis de frêne pouvait grossir. Ce contexte a bien changé puisque l’industrie de déroulage recherche des bois de dimensions plus modestes (1,5 m3 en moyenne, soit 140 cm de circonférence). Demain, compte-tenu de la demande, il sera possible de couper à 130 cm de circonférence, ce qui se fait déjà en vallée de la Garonne. Les clones modernes seront exploités entre 13 et 18 ans maximum. Quel sera alors l’aspect du frêne ?

Pour toutes ces raisons, il est souhaitable de modifier les techniques de plantation. Une solution consiste à augmenter la distance entre peupliers afin que le frêne ait de la lumière plus longtemps. Autre possibilité : éloigner les lignes de plantation les unes des autres (de 10 à 14 m) et resserrer les plants sur la ligne (5 à 6 m) pour conserver au minimum 120 peupliers à l’hectare.

Le broyage se limite aux abords immédiats des lignes de peuplier, laissant une place au développement du taillis de frêne
Le broyage se limite aux abords immédiats des lignes de peuplier, laissant une place au développement du taillis de frêne

Naturellement, il faudra s’adapter à la taille et à la forme de la parcelle.

L’entretien d’une telle plantation diffère peu du schéma classique. Il faut pouvoir accéder aux arbres tant que la hauteur définitive d’élagage n’est pas atteinte. Pour ce faire, le passage du gyrobroyeur sera localisé à un côté, voire de chaque côté de la ligne de plantation. Attention quand même, la présence de souches imposera l’emploi d’outils adaptés à la forêt.

N’oublions pas non plus que la tempête de décembre 1999 a montré le peu d’empressement des exploitants forestiers à aller chercher des arbres renversés et empêtrés dans du taillis lui-même couché.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
André Thillou et Alain Rousset
CRPF-GDF17
2ème trimestre 2008 62 Essences
Dans la même rubrique
  1. les sols des vallées de Poitou-Charentes permettent de diversifier les essences
  2. Le noyer : arbre précieux, soins précis
  3. Les peupliers consomment moins d’eau qu’on ne le dit
  4. L’élagage du Pin maritime à trois mètres reste nécessaire
  5. Identifier correctement un peuplier renseigne sur sa généalogie
  6. Les peupleraies sont menacées par le puceron lanigère
  7. Blanc du Poitou, I.45-51 et Dorskamp : du moins performant au plus poussant
  8. De nouveaux peupliers à expérimenter
  9. La valeur du bois de peuplier diminue depuis un quart de siècle
  10. Lente reconstitution de la ressource en peuplier
  11. Le I.45.51 peut doubler le Dorskamp
  12. Eau et peuplier : encore de nombreuses interrogations
  13. Les arbustes forestiers – 1ère partie
  14. Peuplier, biodiversité et paysage : des sujets complexes à approfondir
  15. Une activité économique majeure avec une faible surface en peupleraie
  16. Le Frêne commun : une essence précieuse à développer
  17. Le Cèdre de l’Atlas : un géant des parcs qui a tout d’un forestier
  18. Les onze clones subventionnables pour les peupleraies de la région
  19. Nettoyage des peupleraies sinistrées : de lourds travaux sur des terrains fragiles
  20. Les arbustes forestiers (2ème partie)
  21. Maintenir le mélange peuplier –taillis de frêne est possible sous conditions
  22. Le peuplier, une histoire d’eau
  23. Le temps travaille pour le Blanc du Poitou
  24. Le rôle protecteur des essences d’accompagnement
  25. Travail du sol : tout bénéfice pour I214 et Dorskamp
  26. L’Alcinde en tête dans les sols limoneux
  27. Terrains à nappe profonde : penser aux clones interaméricains
  28. Peuplier - Bois élagué : jusqu’à 3000 F/m3
  29. Expérimentation : Dorskamp en tête dans les sols tourbeux
  30. Robinier : l’offre de bois d’œuvre ne suit pas la demande
  31. Erables : le sycomore en tête pour les usages nobles
  32. Le ’Blanc du Poitou’ est une valeur sûre
  33. Le Douglas perd du terrain
  34. Les chênes à feuilles persistantes sont adaptés à la sécheresse
  35. L’évolution du climat entraînera un déplacement des essences forestières
  36. La plantation est l’unique solution pour renouveler les peupleraies
  37. Le tulipier de Virginie : une essence ornementale au bois de qualité
  38. La régénération du châtaignier par semis pour produire des gros bois
  39. Le chêne pubescent vaut le chêne pédonculé
  40. Le Charme est l’ami du Chêne
  41. Le changement climatique ouvre une porte aux sapins méditerranéens
  42. Menace sanitaire sur le frêne
  43. Le bouleau est un colonisateur utile
  44. Dépérissement des taillis : la place du châtaignier va diminuer
  45. Dégâts de gibier : la menace plane pendant vingt ans
  46. Une pénurie annoncée en bois de Pin maritime
  47. Charpente ou menuiserie en Pin Laricio : l’élagage fera la différence
  48. LE DOUGLAS : malgré ses qualités une place limitée en Poitou-Charentes
  49. Les aulnes aussi peuvent produire du bois d’œuvre
  50. De nouvelles aides pour planter du peuplier
  51. Le Platane : des problèmes sanitaires qui limitent son utilisation forestière
  52. Maladies, sols et climat, responsables des dépérissements du châtaignier en Charente
  53. Le tremble, un peuplier forestier colonisateur
  54. Le charme, compagnon utile du chêne
  55. Des feuillus encore précieux pour la sylviculture, moins par leur prix
  56. Le peuplier n’est pas la seule essence présente dans les vallées