- Regain d’intérêt pour une énergie renouvelable bon marché : le bois -

La récente flambée des cours de l’or noir a réveillé un marché qui subissait une lente érosion en France depuis une dizaine d’années : presque 20 % de diminution de la consommation de bois de feu depuis 1995. Une explosion de la demande à l’automne 2005 a pris de court une filière concurrencée par un marché souterrain actif.

Dans le monde, la moitié du bois exploité quotidiennement sert à fournir de l’énergie, notamment pour la cuisson des aliments. Il représente 10 % de l’énergie totale consommée sur la planète. En France, cette part est de 5 %, soit l’équivalent de 8 millions de tonnes de pétrole annuellement. Ce combustible est utilisé à 80 % par des particuliers, le reste servant à alimenter des chaufferies collectives ou des industries valorisant d’abord leurs propres déchets de bois. En forêt, cinquante millions de stères sont exploités annuellement à des fins énergétiques. Presqu’une maison individuelle sur deux possède un moyen de chauffage au bois, pour un besoin moyen annuel de 8 stères. Ceci fait de la France le premier consommateur de bois énergie en Europe. Représentant 51 % des énergies renouvelables de notre pays, le bois se situe devant l’hydroélectricité fournie par les barrages EDF.

Le bois, c’est de l’énergie solaire stockée dans le tronc et les branches des arbres après le processus de photosynthèse dans les feuilles. Sa combustion ne fait que libérer à nouveau dans l’atmosphère le gaz carbonique qui avait été fixé auparavant par les arbres. Cette utilisation ne participe donc pas à l’augmentation constante de ce gaz à effet de serre dans l’air ambiant. Tout ceci n’est évidemment vrai que si les forêts exploitées sont replantées et gérées durablement de façon à fixer à nouveau le dioxyde de carbone avec une nouvelle génération d’arbres.

Cette énergie est propre vis à vis des rejets dans l’atmosphère à deux conditions : brûler du bois sec et ceci dans des appareils permettant une combustion idéale : chaudière turbo ou brûleur à bois déchiqueté par exemple. Le label « Flamme verte » garantit à l’utilisateur un rendement minimum de combustion de 65 % et un faible taux d’émission de gaz polluants. Seuls ces appareils peuvent permettre à l’acheteur d’obtenir un crédit d’impôt sur son investissement. Mais la première condition d’une bonne combustion reste un faible taux d’humidité du bois, que l’on obtient après deux étés de séchage à l’air libre pour du bois en bûches qui descend ainsi à moins de 20 % d’humidité.

Les contraintes liées au chauffage au bois sont généralement acceptées en raison de l’agrément que procure un feu de bois, notamment dans les foyers ouverts, et du prix attractif de cette énergie. Compte tenu de l’augmentation récente du fuel domestique, le prix du Kilowatt heure « entrée chaudière » pour du bois de chêne sec à 15 % payé 43 Euros le stère correspond à la moitié de celui du fuel si le litre est payé 60 centimes. Il ne coûte que le tiers du prix du KWh EDF si l’on y inclut l’abonnement et les taxes diverses.

L’avenir du bois énergie doit inciter tous les propriétaires forestiers à s’y intéresser dans le respect, il s’entend, des règles de sage sylviculture. La demande croissante devrait en ce sens leur permettre de trouver des débouchés à certaines coupes (éclaircie de taillis ou plantations résineuses, …) difficiles à écouler actuellement. La mécanisation de l’exploitation et le développement régional important des chaufferies à bois déchiqueté fourniront un marché à des produits souvent délaissés par les acheteurs. Mais les propriétaires forestiers ne profiteront pleinement financièrement de ces marchés que s’ils s’organisent pour fournir le combustible directement aux utilisateurs.

Depuis quinze ans, certains revendeurs régionaux de bois de chauffage en bûches se sont regroupés en une association. Les adhérents de Qualiflam’bois s’engagent vis-à-vis de leurs clients sur trois points essentiels : respecter l’essence, la quantité et le taux d’humidité annoncés. Tout renseignement et liste des adhérents au : 05.49. 52.23.08.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc DEMENE CRPF 3ème trimestre 2006 55 Economique
Dans la même rubrique
  1. Le séchage est indispensable à la mise en œuvre du bois
  2. Le prix des forêts a progressé entre 2000 et 2006
  3. La filière bois bûche se professionnalise
  4. Regain d’intérêt pour une énergie renouvelable bon marché : le bois
  5. Les coopératives se regroupent pour s’adapter au marché
  6. Bien choisir sa méthode de vente de bois
  7. Le tiers des bois commercialisés en France est destiné à la trituration
  8. La vente bord de route permet de valoriser les bois grâce au tri
  9. De nombreux paramètres influent sur le prix d’achat d’une coupe de bois d’œuvre
  10. Les beaux jours du piquet de châtaignier et de robinier
  11. La filière bois constitue un atout majeur pour la région Poitou-Charentes
  12. Des plans de massifs pour dynamiser la gestion forestière des petites propriétés
  13. Un contrat de vente écrit pour éviter les contentieux
  14. Inflation sur les travaux
  15. La valeur d’une forêt ne dépend pas que du sol et du peuplement
  16. L’ECIF : un nouvel outil de restructuration foncière basé sur le volontariat
  17. Le boisement contribue à protéger la ressource en eau
  18. Toute vente de bois doit être suivie de près
  19. Le chauffage aux granulés de bois fait son entrée en France
  20. L’ECOCERTIFICATION, le prix à payer pour vendre ses bois.
  21. Du concentré de chêne pour bonifier les eaux de vie
  22. Un gisement de bois régional important : les produits connexes des industries
  23. Un taux réduit de T.V.A. accessible à tous
  24. Le peuplier, emballage propre
  25. L’abattage du châtaignier se mécanise
  26. Une embellie sur le marché du chêne
  27. Tonnellerie : des fûts en manque de chênes régionaux
  28. Baisse de la TVA à 5,5 % pour les travaux forestiers
  29. Commercialisation et reconstitution : l’union fait la force
  30. Seules les forêts assurées seront indemnisées
  31. L’élagage du pin maritime est payant
  32. Mécanisation : une machine abat le travail de six bûcherons
  33. Modes de vente : mode d’emploi
  34. Des premiers résultats encourageants pour les Plans de Développement de Massif
  35. L’éclaircie de taillis : un investissement qui rapporte
  36. La Région finance le boisement des périmètres de captage d’eau potable
  37. En populiculture, la valeur n’attend plus le nombre des années
  38. Les 24 millions d’arbres replantés seront à couper d’ici quarante ans
  39. Le bois nouveau pétrole vert ?
  40. Deux nouvelles usines de déroulage de peuplier pour le grand Sud-Ouest
  41. Un film au service de l’éclaircie de taillis
  42. La surface des forêts françaises commence à diminuer
  43. Des reboisements de qualité mais plus économiques
  44. L’industrie du châtaignier s’adapte aux nouveaux marchés
  45. La comparaison économique entre régénération naturelle et artificielle s’avère délicate
  46. La filière peuplier menacée en Poitou-Charentes
  47. Développer les usages du bois sans augmenter les importations
  48. Marais poitevin : le peuplier sur la sellette
  49. Le chauffage aux bûches doit se moderniser pour mériter le titre d’énergie propre
  50. Tempête et incendie : un nouveau contrat d’assurance pour les sylviculteurs
  51. La chasse peut améliorer les revenus forestiers
  52. Une étude confirme l’efficacité des plans simples de gestion
  53. La ressource forestière régionale ne couvre pas les besoins de l’industrie
  54. Feuillus précieux : des marchés réduits, une demande fluctuante
  55. La filière peuplier aide financièrement la replantation
  56. Vente de bois : une cotisation obligatoire pour l’interprofession forestière
  57. L’essor du bois énergie sera-t-il compatible avec la ressource ?
  58. Les plants de peuplier soumis à redevance
  59. La Cotisation Volontaire Obligatoire : quelques précisions importantes
  60. Après les résineux, l’exploitation mécanisée se développe dans les taillis
  61. La tonnellerie charentaise en tête de la production mondiale
  62. Cuber et estimer une coupe est un vrai métier
  63. Des aides financières localisées pour améliorer les peuplements feuillus
  64. Nouveaux financements privés expérimentaux pour relancer la populiculture
  65. Pas de populiculture rentable sans élagage
  66. 2000 chênes pour faire renaître un bateau