- Robinier : l’offre de bois d’œuvre ne suit pas la demande -

La demande en bois d’œuvre de robinier se fait de plus en plus pressante de la part d’industriels réalisant des meubles de jardin, des revêtements de terrasses et d’une façon générale tous les produits nécessitant un bois résistant sans traitement aux aléas climatiques. L’engouement du public pour un bois non traité, produit localement et pouvant se substituer au plastique ou au teck d’importation tend à valoriser cette essence. Elle est aujourd’hui en Europe la plus résistante aux insectes et champignons pour ce type d’utilisation.

Feuille de robinier
Feuille de robinier

Mais le problème de taille auquel sont confrontés ces transformateurs est la faible importance de la ressource en France, ainsi que sa répartition très éclatée sur le territoire. En effet, avec un peu plus de 100 000 ha, le robinier représente moins de 1 % des forêts françaises. En outre, la demande traditionnelle en piquets de vigne ou de clôture, rémunératrice pour le sylviculteur, absorbe presque toute la production nationale. Les prix proposés en sciage pour trier sur coupe les billes de plus de 20 cm de diamètre fin bout ne sont pas toujours très motivants pour l’exploitant. De plus, la taille généralement réduite des coupes ne permet souvent pas de trier des lots de bois d’œuvre suffisamment importants pour intéresser des acheteurs. Il est donc aujourd’hui difficile pour un industriel de lancer une production soutenue en robinier avec toutes ces incertitudes sur son approvisionnement. La diminution des volumes de sciage importés de Hongrie accentue encore cette pénurie.

Communément appelé « acacia », le nom botanique de l’espèce est le Robinier ou Robinier faux acacia. Ce double langage peut être un handicap pour la commercialisation des produits finis.
Communément appelé « acacia », le nom botanique de l’espèce est le Robinier ou Robinier faux acacia. Ce double langage peut être un handicap pour la commercialisation des produits finis.

Une augmentation de la ressource nationale est donc à moyen terme l’étape nécessaire au fonctionnement de la filière bois d’œuvre. Pour y arriver, deux voies sont à suivre : améliorer la sylviculture des boisements existants pour augmenter la proportion de bois d’œuvre à la coupe et accroître la surface occupée par l’essence en créant de nouveaux boisements.

Le robinier dispose de nombreux arguments pour entraîner le sylviculteur à travailler dans ces deux directions. C’est une essence à croissance rapide qui peut fournir à chaque génération humaine un revenu ; ce n’est pas le cas des autres essences forestières hormis le peuplier. Après la coupe, les très nombreux rejets et drageons assurent la pérennité de la forêt et économisent les frais de reboisement indispensables pour de nombreuses autres essences. Ses épines agressives limitent les attaques de cerfs et chevreuils et donc les frais de protection des plantations. C’est aussi un excellent bois de chauffage, il n’y a donc pas d’incertitude sur le débouché futur du bois : entre l’énergie, le piquet ou le sciage, le propriétaire trouvera nécessairement un client.

Au niveau environnemental, le robinier présente des intérêts qui doivent être soulignés. C’est en même temps un bois lourd et à croissance rapide, c’est-à-dire un fixateur de carbone atmosphérique très efficace. Ainsi, dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, il peut avoir un rôle à jouer. Cette essence produite localement peut avantageusement remplacer à moindre coût le teck pour les usages extérieurs. Utiliser du robinier contribue ainsi à la préservation de certaines essences tropicales exploitées souvent de façon non durable comme dans les forêts primaires de Birmanie.

Malgré tous ses atouts, le robinier a un certain nombre d’adversaires, même parmi les forestiers. Le principal reproche qui lui est fait est son caractère « invasif », certains le traitant même de « peste végétale ». Sa tendance à envahir et à occuper la totalité d’une parcelle par ses rejets et drageons après une coupe est une réalité constatée par les gestionnaires. Ceci peut poser des problèmes de biodiversité et de maintien des peuplements de chêne de haute valeur en particulier dans l’Est de la France. Dans notre région, le robinier progresse naturellement, même sans l’aide du forestier, en profitant de deux phénomènes : le dépérissement du chêne pédonculé et la pression plus importante des cervidés sur la régénération des autres essences. Dans ce cas, il est illusoire de vouloir lutter à coût raisonnable contre sa progression. Il est préférable d’opter pour une gestion du robinier, même si sa sylviculture reste encore pleine d’incertitudes.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc DEMENE
CRPF
4ème trimestre 2008 64 Essences
Dans la même rubrique
  1. les sols des vallées de Poitou-Charentes permettent de diversifier les essences
  2. Le noyer : arbre précieux, soins précis
  3. Les peupliers consomment moins d’eau qu’on ne le dit
  4. L’élagage du Pin maritime à trois mètres reste nécessaire
  5. Identifier correctement un peuplier renseigne sur sa généalogie
  6. Les peupleraies sont menacées par le puceron lanigère
  7. Blanc du Poitou, I.45-51 et Dorskamp : du moins performant au plus poussant
  8. De nouveaux peupliers à expérimenter
  9. La valeur du bois de peuplier diminue depuis un quart de siècle
  10. Lente reconstitution de la ressource en peuplier
  11. Le I.45.51 peut doubler le Dorskamp
  12. Eau et peuplier : encore de nombreuses interrogations
  13. Les arbustes forestiers – 1ère partie
  14. Peuplier, biodiversité et paysage : des sujets complexes à approfondir
  15. Une activité économique majeure avec une faible surface en peupleraie
  16. Le Frêne commun : une essence précieuse à développer
  17. Le Cèdre de l’Atlas : un géant des parcs qui a tout d’un forestier
  18. Les onze clones subventionnables pour les peupleraies de la région
  19. Nettoyage des peupleraies sinistrées : de lourds travaux sur des terrains fragiles
  20. Les arbustes forestiers (2ème partie)
  21. Maintenir le mélange peuplier –taillis de frêne est possible sous conditions
  22. Le peuplier, une histoire d’eau
  23. Le temps travaille pour le Blanc du Poitou
  24. Le rôle protecteur des essences d’accompagnement
  25. Travail du sol : tout bénéfice pour I214 et Dorskamp
  26. L’Alcinde en tête dans les sols limoneux
  27. Terrains à nappe profonde : penser aux clones interaméricains
  28. Peuplier - Bois élagué : jusqu’à 3000 F/m3
  29. Expérimentation : Dorskamp en tête dans les sols tourbeux
  30. Robinier : l’offre de bois d’œuvre ne suit pas la demande
  31. Erables : le sycomore en tête pour les usages nobles
  32. Le ’Blanc du Poitou’ est une valeur sûre
  33. Le Douglas perd du terrain
  34. Les chênes à feuilles persistantes sont adaptés à la sécheresse
  35. L’évolution du climat entraînera un déplacement des essences forestières
  36. La plantation est l’unique solution pour renouveler les peupleraies
  37. Le tulipier de Virginie : une essence ornementale au bois de qualité
  38. La régénération du châtaignier par semis pour produire des gros bois
  39. Le chêne pubescent vaut le chêne pédonculé
  40. Le Charme est l’ami du Chêne
  41. Le changement climatique ouvre une porte aux sapins méditerranéens
  42. Menace sanitaire sur le frêne
  43. Le bouleau est un colonisateur utile
  44. Dépérissement des taillis : la place du châtaignier va diminuer
  45. Dégâts de gibier : la menace plane pendant vingt ans
  46. Une pénurie annoncée en bois de Pin maritime
  47. Charpente ou menuiserie en Pin Laricio : l’élagage fera la différence
  48. LE DOUGLAS : malgré ses qualités une place limitée en Poitou-Charentes
  49. Les aulnes aussi peuvent produire du bois d’œuvre
  50. De nouvelles aides pour planter du peuplier
  51. Le Platane : des problèmes sanitaires qui limitent son utilisation forestière
  52. Maladies, sols et climat, responsables des dépérissements du châtaignier en Charente
  53. Le tremble, un peuplier forestier colonisateur
  54. Le charme, compagnon utile du chêne
  55. Des feuillus encore précieux pour la sylviculture, moins par leur prix
  56. Le peuplier n’est pas la seule essence présente dans les vallées
  57. Le Chêne vert progresse avec le changement climatique
  58. Les essences locales sont déjà impactées par le changement climatique