- Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie) -

M. Philippe BARRE est Directeur Général d’Energie 79, fabricant de chaudières et distributeur de matériels de chauffage à Coulonges sur l’Autize à 15 km au nord ouest de Niort. Cette entreprise d’une trentaine de salariés est depuis de nombreuses années l’un des leaders nationaux spécialisé dans les chaudières modernes au bois à usage domestique.

Bois et Forêts : Quelle est la tendance actuelle du marché du matériel de chauffage au bois ?

P. Barré : Nous avons assisté en 2005 à une explosion des ventes à laquelle nous essayons de faire face. Les ventes totales de chaudières en France ont été de 12 000 appareils en 2004 et de 22 000 en 2005. Nos collègues vendeurs de poêles ou de foyers fermés pour cheminées ont également bénéficié d’un quasi doublement de leurs ventes. L’augmentation brutale du prix du fuel domestique a réveillé un marché qui stagnait depuis plusieurs années.

B. & F. : Quelles sont les principales évolutions techniques actuelles ?

P. B. : Tout d’abord, la clientèle est plus exigeante sur le rendement de combustion des chaudières. De plus, cette augmentation des performances est indispensable pour bénéficier des avantages fiscaux liés à l’investissement "chauffage au bois" : le rendement minimum demandé est passé de 65 % à 70 %. On assiste également à une demande grandissante des matériels modernes utilisant du bois broyé ou du granulé de bois, même si ces chaudières représentent aujourd’hui moins de 10 % du marché. Les chaudières à granulés de bois faits avec de la sciure, très vendues en Allemagne et en Autriche, commencent à attirer la clientèle en France. Mais cette demande potentielle forte est encore bridée par le trop petit nombre de fournisseurs de granulés dans notre pays. Des projets de fabrication de ce combustible sont actuellement à l’étude régionalement.

B. & F : Quelles sont les raisons selon vous du renouveau en matière de Bois énergie ?

P. B. : Même si la première raison reste l’augmentation du prix du pétrole, les dispositifs actuels d’aides financières ou fiscales visant à favoriser le chauffage au bois ont aidé les clients à franchir le pas. Ils peuvent bénéficier d’une T.VA. réduite à 5,5 % sur le matériel comme sur le combustible, d’un crédit d’impôt de 50 % sur les équipements à rendement élevé et d’aides financières du FRME [1] pouvant aller jusqu’à 7.500 € par installation pour une chaudière à bois déchiqueté. Toutes les dispositions en faveur de cette énergie renouvelable permettent d’alléger de façon conséquente un investissement de départ souvent plus important que pour d’autres énergies, mais qui se révèle par la suite beaucoup plus économique.

 [2]

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
CRPF
4ème trimestre 2006 56 Trois questions à

[1] FRME

[2] Fond Régional pour la Maîtrise de l’Energie, s’adresser à l’Agence de l’Environnement et la Maîtrise de l’Energie.

Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC