- Trois questions à Denis Renoux -

Denis Renoux est animateur du Comité Régional des Energies Renouvelables (CRER), association créée en 2001.

Bois et Forêts : Que faut-il entendre par bois-énergie ?

Denis Renoux : Le bois, c’est de l’énergie solaire en conserve : il est constitué d’hydrates de carbone fabriqués au cours du phénomène de photosynthèse.

C’est le combustible le plus ancien utilisé par l’homme notamment pour la cuisine.

On regroupe aujourd’hui en trois catégories ses utilisations :

  • l’usage domestique individuel : cheminées à foyer ouvert, cuisinières, poêles, foyers fermés, inserts, chaudières individuelles ;
  • l’usage collectif qui date des premiers chocs pétroliers : chaufferies à alimentation automatique destinées à plusieurs logements ou plusieurs bâtiments ;
  • l’usage industriel qui permet aux entreprises de satisfaire leurs besoins en chauffage ou process. De grosses unités peuvent également produire chaleur et électricité : c’est la cogénération.

Le bois est aujourd’hui une énergie incontournable dans la lutte contre l’effet de serre et la préservation des énergies fossiles. En effet, la récupération du bois en forêt pour la production d’énergie correspond à un bilan nul en terme d’émission de gaz carbonique car le même bois non valorisé aurait fini par émettre autant de gaz à effet de serre en se décomposant sur place ! De plus, lorsque l’on mesure son impact positif en termes d’emplois, et particulièrement en Poitou-Charentes, le bois-énergie répond aux trois critères – économique, social et écologique – du développement durable.

Les chaufferies en bois déchiqueté connaissent un essor spectaculaire
Les chaufferies en bois déchiqueté connaissent un essor spectaculaire

B. & F. : Quelle est la part du bois-énergie dans la consommation énergétique française et quel volume de bois utilisé cela représente-t-il ?

D. R. : Avec 20 millions de tonnes de bois consommées par an (4 % de la consommation d’énergie primaire en France), le bois-énergie est la seconde source d’énergie renouvelable en France derrière l’énergie hydraulique. Il se situe au 4ème rang des énergies utilisées dans le résidentiel. La part du secteur domestique est prépondérante puisqu’il représente plus de 85 % du bois énergie consommé.

En Poitou-Charentes, un quart des ménages de la région utilisent du bois à des fins de chauffage. En moyenne, leur consommation varie entre 12 stères par an pour un usage principal et 5 stères par an pour un usage d’appoint.

Respectueux de l’environnement, ressource disponible et locale, … le bois énergie présente de nombreux atouts. Et lorsqu’il permet de valoriser du bois à faible valeur marchande (écorces, sciures, copeaux, chutes, déchets d’exploitation forestière …), il devient un vecteur de développement économique local.

B. & F. : Quels sont les perspectives et les projets au niveau régional ?

D. R. : Depuis 1995 est née la volonté de développer en Poitou-Charentes le bois-combustible, par la promotion de chaudières automatiques au bois et le développement de la filière d’approvisionnement et de matériel.

Ce programme, nommé Plan bois-énergie, est initié et piloté par le Conseil Régional de Poitou-Charentes et la délégation régionale de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) et soutenu par les départements des Deux-Sèvres et de la Charente. Ainsi près de 250 unités de chauffage automatique au bois ont été créées dans les communes, chez les particuliers ou dans l’industrie du bois et plusieurs réseaux d’approvisionnement se sont constitués sur le territoire. Avec près de 50 000 tonnes de bois valorisées par an, ce plan s’est révélé un réel succès !

Le gisement disponible en bois-combustible étant très largement supérieur aux prélèvements actuels, le potentiel de développement du bois énergie reste élevé en Poitou-Charentes. De plus, l’amélioration de la performance du parc des chaufferies grâce notamment à la labellisation des équipements (Flamme verte, …) et du bois de chauffage (Marque NF) nous conduit vers l’idée que le bois-énergie confortera sa place dans le domaine de la production de chaleur.

C’est dans cette perspective que le CRER continue sa mission d’assistance technique auprès de tous (communes, entreprises, particuliers, propriétaires forestiers) pour les aider à initier, construire, et décider d’un projet bois-énergie. Des aides financières aux projets sont proposées par l’Ademe, le Conseil Régional et les Conseils Généraux ou la Communauté européenne.

Par ailleurs, nous explorons d’autres pistes de valorisation énergétique du bois. Devant l’exemple réussi de nos voisins européens, la filière granulé semble prometteuse sur notre territoire. Complémentaire du marché de la bûche ou de la plaquette forestière, le granulé pourrait aussi contribuer à l’essor du bois-énergie.

Coordonnées de Denis Renoux : Centre Régional des Energies Renouvelables – Route de Benet – 79160 Villiers en Plaine – Tél. 05.49.08.24.24 – Fax 05.49.08.24.25 – courriel : dr.crer@wanadoo.fr Siège de l’Association : Maison de la Forêt – 79190 Montalembert
Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
3ème trimestre 2004 47 Trois Questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC