- Trois questions à Didier Grospeaud -

Didier Grospeaud, président de Boisylvi, nous retrace l’historique, le fonctionnement et les perspectives de l’association.

Bois et Forêts : Quelle est l’origine de la création de Boisylvi ?

Didier Grospeaud : Lors de sa création, en 1996, il s’agissait de regrouper les propriétaires concernés par le boisement des terres agricoles. Les boiseurs, sylviculteurs de la Vienne ont donné naissance à Boisylvi. C’est Jean Métais qui a assuré la première présidence de ce groupe, et en 1999 je lui ai succédé. Le groupe a très rapidement évolué pour s’adapter aux besoins de ses adhérents. Nombre d’entre eux sont en effet déjà propriétaires de forêts existantes. D’une information très ciblée au départ, l’association est devenue généraliste en abordant des thèmes variés tels que la sylviculture, la fiscalité, la législation, la découverte de la filière aval.

B. & .F : Quelles actions concrètes mettez-vous en œuvre ?

D. G. : Nous organisons 5 à 6 réunions annuelles. Nous faisons en sorte qu’il y en ait toujours une qui traite de l’aval, une de la législation, en relation avec l’actualité. Quant aux autres, elles sont axées sur la sylviculture. Nous ne sommes pas un groupe élitiste, les informations dispensées sont des notions de base accessibles à chacun. D’ailleurs nos réunions sont ouvertes à tous. Nous voulons être très concrets et proches du terrain. Le message phare de l’ensemble de nos réunions est basé sur l’importance de la production de bois de qualité.

B. & .F : Quelles sont vos orientations pour les années à venir ?

D. G. : Nous souhaitons poursuivre notre action de sensibilisation et de formation. Notre ambition est de responsabiliser les propriétaires en leur donnant de l’autonomie. Qu’ils soient acteurs au cœur de leur forêt pour la faire vivre et en tirer le meilleur parti. Le dynamisme de notre groupe passe aussi par le recrutement de nouveaux membres. Les formations à la gestion forestière (FOGEFOR) et les conseils individuels du CRPF y contribuent largement. La collaboration avec la Fédération Régionale de Poitou-Charentes des organismes d’expérimentation et de développement sylvicoles nous offre de nouvelles perspectives d’évolution dans la mise en place de stages plus approfondis.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
2ème trimestre 2004 46 Trois questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC