- Trois questions à Eric SEVRIN -

Eric Sevrin, directeur adjoint au CRPF Centre-Ile de France. nous livre les bases de la gestion des forêts en traitement irrégulier.

Bois et Forêts  : Qu’entendez-vous par "traitement irrégulier" ?

Eric Sevrin : D’une manière schématique, on peut dire qu’en futaie régulière on gère des peuplements, alors qu’en traitement irrégulier la gestion est ciblée sur l’arbre. Le traitement irrégulier convient particulièrement bien pour les anciens taillis sous futaie ou les taillis vieillis.

Il s’agit de conduire des parcelles qui comportent des arbres d’essences variées, d’âge et de diamètre différents. Le traitement irrégulier ne fait référence à aucune norme. La règle de base est de bien connaître son peuplement. L’inventaire, en plein ou par échantillonnage, est donc indispensable. Toutes les opérations sylvicoles sont conduites simultanément sur la parcelle : abattage des arbres ayant atteint le terme d’exploitabilité, repérage des arbres d’avenir dans les petits bois et éclaircie à leur profit, prélèvement de tiges dans toutes les classes de diamètre et dans tous les étages, et enlèvement des tiges du taillis et du sous-étage qui concurrencent les arbres d’avenir ou gênent les zones en cours de régénération. La désignation des arbres se fait selon le seul critère de qualité.

Les soins culturaux sont indispensables. Il faut parfois nettoyer les zones de semis, élaguer les perches d’avenir et le cas échéant introduire et entretenir des plants dans les zones vides. Ces opérations se répètent tous les 8 ans environ. L’inventaire et la récolte du bois d’œuvre peuvent avoir lieu seulement un passage sur deux.

Un taillis ne doit être traité en peuplement régulier que si les réserves sont absentes ou peu nombreuses.
Un taillis ne doit être traité en peuplement régulier que si les réserves sont absentes ou peu nombreuses.

B. & F.  : Quels sont les avantages et les limites du traitement irrégulier ?

E. S. : Une telle technique nécessite une bonne connaissance de son peuplement et des potentialités de la station. Elle demande une grande compétence de la part du forestier et aussi beaucoup de passion ! Les frais liés à la gestion, aux soins culturaux et le surcoût d’exploitation sont largement compensés par l’absence de frais de reconstitution. L’exploitation doit être très soignée et il est donc préférable de vendre ses bois abattus. La vente sur pied est handicapée par la dispersion des arbres à récolter. Cela peut poser le problème du volume commercialisable dans les petites propriétés. Il faut alors pouvoir regrouper les lots. Contrairement à la futaie régulière, il n’y a pas de coupe rase. Les revenus sont donc très réguliers car les coupes ont lieu tous les 8 ans. Le couvert forestier est maintenu au fil des ans ce qui contribue à une certaine stabilité de la faune et de la flore existantes. Il faudrait cependant veiller dans les grands massifs à créer des zones de dégagement pour rompre la monotonie du paysage et conserver les espèces de milieux découverts.

Certains affirment enfin que la futaie irrégulière est plus stable devant les coups de vent, mais aucune étude ne l’a confirmé. Par contre, il est certain que la cicatrisation du peuplement sera plus rapide car de jeunes arbres sont déjà présents sur la parcelle.

B. & F.  : Pensez-vous que le traitement irrégulier doit s’appliquer à tous les peuplements ?

E. S. : Non, certains peuplements ne sont pas adaptés à ce traitement. C’est le cas notamment des taillis de châtaignier. Vouloir irrégulariser à tout prix des peuplements peut entraîner des sacrifices d’exploitabilité. Ce serait un non-sens que de sacrifier des arbres sous prétexte d’obtenir un peuplement en équilibre alors que la règle d’or du traitement irrégulier est de ne jamais faire de sacrifice d’exploitabilité ! Il ne faut pas opposer gestions régulière et irrégulière. Elles sont complémentaires et nous offrent des possibilités variées pour gérer un peuplement. Le traitement irrégulier ne doit pas être un dogme. La meilleure façon d’assurer la diversité des forêts et des habitats reste de ne pas faire la même chose partout. Une étude menée dans un massif du Sud-Ouest montre que la juxtaposition des peuplements réguliers et irréguliers favorise la présence d’un plus grand nombre d’espèces d’oiseaux.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
3ème trimestre 2002 39 3 Questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC