- Trois questions à François-Xavier SAINTONGE -

François-Xavier SAINTONGE est technicien du Département de la Santé des Forêts pour notre région.

Bois et Forêts : Hormis les problèmes sanitaires liés à la reconstitution des parcelles sinistrées, quels sont ceux rencontrés en 2002 dans les forêts de notre région ?

François-Xavier Saintonge : Les principaux faits relatés par les correspondants observateurs de Poitou-Charentes sont de trois ordres. En premier lieu, les attaques de pissodes ont occasionné au printemps dernier, d’importants dégâts sur les plantations de pins Laricio de Corse de moins de 15 ans. Ces petits charançons attaquent de préférence des arbres affaiblis par des ravageurs primaires ou par des accidents climatiques. Les piqûres d’alimentation et de ponte se situent sur les jeunes pousses et les jeunes rameaux. Elles entraînent un brunissement soudain du feuillage des parties atteintes mais rarement la mort de l’arbre.

Un autre phénomène concerne le châtaignier. D’importants dépérissements ont été constatés dans l’ensemble de notre région. Ils ont souvent des origines diverses, mais la maladie de l’encre semble actuellement prendre de l’ampleur dans certains secteurs. Celle-ci, causée par des champignons du genre phytophtora, infecte les racines et parfois le collet des arbres, entraînant la mort des sujets atteints. Le parasite progresse par taches concentriques.

La troisième préoccupation régionale concerne les rouilles des peupliers qui ont, cette année, contaminé de nombreux cultivars.

B. & F. : A ce sujet, comment explique t-on l’ampleur des contaminations des peupliers par les rouilles et quelles craintes peut-on avoir ?

F-X S. : Les attaques importantes de rouilles à Melampsora laricii populina ont débuté en Poitou-Charentes en 1995. Les dégâts occasionnés par cette maladie foliaire sont d’abord apparus sur le cultivar Luisa Avanzo puis sur Beaupré en 1998. Durant l’été 2002, le climat doux et humide a favorisé la contamination d’un grand nombre d’autres clones. C’est ainsi que l’on a pu observer fin août des pustules sur Dorskamp. Ces infections, lorsqu’elles sont précoces, c’est-à-dire en juillet, entraînent une réduction de croissance. Les attaques répétées et massives provoquent des dérèglements physiologiques et parfois la mort des arbres.

B. & F. : Comment se manifestent ces attaques et comment peut-on les limiter ?

F-X S. : Ces attaques se caractérisent par l’apparition, durant l’été, de pustules orangées sur la face inférieure des feuilles, qui se dessèchent et chutent précocement. Actuellement, cinq races de rouilles à Melampsora laricii populina sont recensées. Elles peuvent atteindre la plupart des cultivars à des degrés divers. Leurs conséquences varient néanmoins en fonction du clone, de l’âge des arbres, des techniques sylvicoles, du climat de l’année. Afin de limiter l’ampleur des contaminations, il est indispensable de diversifier les cultivars. L’utilisation exclusive de l’un d’entre eux au sein d’une vallée favorise le développement et la dynamique d’une race de rouille.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
1er trimestre 2003 41 Trois questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC