- Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS) -

Pierre Laloi dirige Sylvabois, entreprise de travaux forestiers à Saint-Cyr dans la Haute-Vienne.

Bois et Forêts : La tempête a entraîné la développement de la mécanisation. Quelles améliorations peuvent encore être apportées ?

Pierre Laloi : L’exploitation mécanisée des résineux existait en Limousin depuis les années 1990. Déjà, à cette époque, j’ai dû pallier le manque de bûcherons en m’équipant d’une machine combinée d’exploitation.

Pour de nombreuses entreprises, l’exploitation mécanisée des feuillus a réellement débuté à la suite de la tempête de 1999. Pour ma part, je me suis diversifié dans la remise en état des terrains et la préparation des plantations. Mon équipement est plus adapté à ces travaux que celui des entreprises de travaux publics qui utilisent des bulldozers.

Mon matériel est constitué d’une pelle mécanique équipée d’un outil : une mâchoire coupante de type croque-souches et d’un râteau andaineur et scarificateur pour la mise en andains et la préparation du sol.

Aujourd’hui, je n’envisage pas d’amélioration sur ce matériel qui est techniquement au point.

Par contre l’exploitation mécanisée des feuillus devra progresser car il n’y a plus de bûcherons.

B. & F. : La mécanisation nécessite de gros investissements. Comment y faites-vous face et le cap de la tempête passé, comment envisagez-vous l’avenir ?

P. L : Je rappelle que je dirige une entreprise de travaux forestiers, je suis un prestataire de services. Contrairement aux exploitants forestiers qui ont reçu des aides au transport et au stockage des bois dans le cadre de la tempête, je n’ai obtenu qu’un financement classique de 30 % en Limousin pour l’équipement en matériel. La pelle (porte outil) n’a pas été subventionnée.

J’ai donc dû m’endetter pour investir. Un combiné d’abattage coûte de 275 000 € à 335 000 €, une pelle équipée d’une tête d’abattage 200 000 € à 230 000 € et une pelle avec une rogneuse de souches 120 000 € à 150 000 €.

L’entreprise a également évolué en passant de 3 à 6 salariés. Pour cela, j’ai bénéficié d’une aide à la création d’emploi de la Zone de Revitalisation Rurale dont je dépends et non d’une aide spécifique à la tempête.

En cette période de fin de tempête, je suis très pessimiste ! Je subis une baisse d’activité, les conditions sont de plus en plus difficiles, les prix sont restés les mêmes depuis 4 ans. De nombreuses entreprises de travaux vont avoir de grosses difficultés économiques.

On nous demande même de réaliser les travaux de nettoyage en ne dépassant pas le montant de l’aide de l’Etat, et si possible sans l’atteindre.

B. & F. : La région Poitou-Charentes vient d’être écocertifiée PEFC ; le Limousin l’est depuis deux ans, est-ce que cela a changé votre façon de travailler ?

P. L : J’ai pour sentiment qu’il s’agit d’une démarche plus guidée par des impératifs commerciaux qu’environnementaux. Pour chaque chantier, je signe un cahier des charges qualitatif présenté par le donneur d’ordre (coopérative forestière ou exploitant forestier). Je n’ai pas pour autant modifié ma façon de travailler, que j’estime respectueuse de l’environnement.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
1er trimestre 2004 45 Trois questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC