- Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage -

Lionel HUGUET

Lionel Huguet est Président du Syndicat Intercommunal d’Alimentation en Eau Potable et Assainissement (SIAEPA), coordinateur du dossier de boisement du captage de Lusignan.

Bois et Forêts : Qu’est ce qui vous a amené à boiser un périmètre de captage ?

Lionel Huguet : Le périmètre de Saint-Sauvant sur le lieu dit de la Poisnière couvre 3-4 hectares et englobe deux captages. Le périmètre immédiat était déjà en partie boisé. La plantation du reste de la surface nous a semblé naturelle et idéale pour sa protection. Ce boisement a pu voir le jour grâce à une convention établie entre le SIAEPA et l’entreprise CEREP de Celle l’Evescault. En effet, l’usine ayant effectué un défrichement, elle se devait de proposer un boisement compensateur dans les environs. Le captage de St Sauvant en a bénéficié !

B. & F. : Comment avez-vous procédé ?

L. H. : C’est une coopérative forestière, la CAFSA, qui a réalisé les travaux. Les techniques employées ont été très respectueuses de l’environnement. En effet, aucun désherbant chimique n’a été utilisé. Les graminées présentes sur la parcelle ont été éliminées grâce à un labour superficiel du sol. Leur repousse a été évitée grâce à un semis de moutarde, plante à recouvrement rapide. Pour assumer pleinement son rôle de filtre de pollution et de protection des eaux, une forte densité de plantation soit 2000 tiges par hectare était nécessaire. Un écartement de 1,25m entre plants et 4m entre lignes a été choisi. Un mélange d’essences a permis de favoriser la biodiversité. Nous avons opté pour le chêne sessile et le merisier en espèces principales et pour l’érable champêtre, le charme, le tilleul et le noisetier en accompagnement. Les deux essences principales ont été protégées contre la concurrence de l’herbe par la pose de dalles de feutres.

B. & F. : Quel a été le coût de ce boisement ?

L. H. : Le coût global s’élève environ à 5 400 euros par hectare. Il comprend la préparation du sol, l’achat des plants, la plantation et le suivi. Ce boisement ne nécessite pas beaucoup d’entretiens. Dégagements et tailles de formation seront envisagés si besoin.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
3ème trimestre 2007 59 L’Interview
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC